eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Suède > Droit et religion > Dispositions > Aumônerie > L’aumônerie à l’hôpital

L’aumônerie à l’hôpital

Il n’existe actuellement aucune loi suédoise réglementant la présence de la religion dans le système médical, hormis les lois générales contre la discrimination et pour le traitement égal de tous les individus, sans égard à leur appartenance ethnique, leurs croyances religieuses ou autres (SFS 2008:567). Le rôle de l’État est limité au soutien des communautés religieuses en dehors de l’Église de Suède, et de coordonner les soins pastoraux au sein du système médical. La Commission suédoise pour le soutien gouvernemental des communautés religieuses (Nämnden för statligt stöd till trossamfund, SST), qui est une autorité étatique agissant relevant de la direction du ministère de la Culture, a donné au Comité de coordination des Églises libres suédoises la tâche de coordonner les soins pastoraux au sein des hôpitaux et des d’autres éléments du système médical. Deux personnes sont employées pour cette tâche. Elles collaborent avec l’Église de Suède, l’Église catholique romaine, le Comité de coopération islamique et le Comité de coopération des Églises orthodoxes. L’Église de Suède a à son service un coordinateur à temps partiel dévoué à cette tâche dans ce domaine.

Il y a, en tout, environ 350 personnes qui travaillent pour les soins pastoraux au sein des hôpitaux, sous l’appellation commune d’Église hospitalière (Sjukhuskyrkan). Environ 300 d’entre elles sont des pasteurs et diacres de l’Église de Suède, et 40 sont rattachées aux autres ordres chrétiens traditionnels suédois. L’Église catholique romaine a huit prêtres ou religieuses rattaché(e)s à ce travail ; trois à Stockholm, un(e) à Göteborg et cinq à Malmö. Les Églises orthodoxes ont deux prêtres travaillant à 25 % du temps dans les hôpitaux de Linköping et Göteborg. Trois coordinateurs musulmans travaillant à 25 % sont associés aux hôpitaux de Stockholm, Göteborg et Örebro (chiffres de 2011).

Le personnel de l’Église de Suède est payé par cette dernière au niveau local et régional, sans aucune aide de l’État, tandis que les autres communautés religieuses reçoivent des aides financières étatiques couvrant environ 25 % de leurs frais de personnel. Ce soutien de l’État est administré par le Comité de coordination des Églises libres suédoises pour le compte de la Commission suédoise pour le soutien gouvernemental des communautés religieuses, SST. Ce système est régi par deux lois et une réglementation : la Loi sur les communautés religieuses (SFS 1998:1593), la Loi sur le soutien aux communautés religieuses (SFS 1999:932) et la réglementation sur les subventions de l’État aux communautés religieuses (SFS 1999:974). En 2010, 570 000 euros ont été versés par l’État aux communautés religieuses (hormis l’Église de Suède) pour ce travail.

21 mai 2014