eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Suède » Données socio-religieuses » Principales religions et Églises

Principales religions et Églises

L’Église de Suède

L’Église de Suède (en suédois Svenska kyrkan) est de loin la communauté religieuse la plus importante en Suède. En dépit d’une perte annuelle significative du nombre de ses membres (environ 1 % tous les (...)

L’Église de Suède (en suédois Svenska kyrkan) est de loin la communauté religieuse la plus importante en Suède. En dépit d’une perte annuelle significative du nombre de ses membres (environ 1 % tous les ans), elle compte toujours 64,6 % ou 6 292 264 de membres baptisés (2014) et constitue ainsi l’Église luthérienne la plus grande au monde (même si toutes les églises membres de l’Église évangélique en Allemagne regroupent quant à elles 10 millions de luthériens). L’Église de Suède a tenu le rôle d’Église d’État jusqu’en 2000. Les statistiques de 2014 montrent que 46 % de tous les enfants nés en Suède ont été baptisés en l’Église de Suède, 29 % des enfants âgés de 15 ans ont participé à la formation sur la confirmation dispensée par l’Église, 33 % de tous les mariages ont été célébrés au sein de l’Église de Suède et les funérailles de 76 % des défunts ont été célébrées selon les rites de l’Église de Suède (Statistiques de l’Eglise de Suède, 2014).
La loi sur l’Église de Suède régit son organisation (SFS 1998:1591, en suédois) : l’Église de Suède est une communauté religieuse évangélique luthérienne qui existe sous la forme de paroisses, de diocèses et possède une administration nationale. L’Église est organisée démocratiquement et chacun de ses membres dispose ainsi d’une voix pour l’élection des organes de décision locaux et nationaux. Son organisation locale permet une couverture géographique complète du territoire suédois.

D 12 février 2016    APer Pettersson

L’organisation de l’Église de Suède

L’organisation ecclésiastique nationale, dont l’origine remonte au Moyen Âge, est géographiquement divisée en 2219 paroisses, 1025 pastorats (un pastorat est la zone desservie par le vicaire et peut (...)

L’organisation ecclésiastique nationale, dont l’origine remonte au Moyen Âge, est géographiquement divisée en 2219 paroisses, 1025 pastorats (un pastorat est la zone desservie par le vicaire et peut être constitué d’une ou plusieurs paroisses. En plus des paroisses territoriales, il existe des paroisses non territoriales qui constituent des pastorats), 152 doyennés (le diocèse est divisé en doyennés, composés de plusieurs pastorats et formant la zone desservie par un doyen rural) et 13 diocèses (Calendrier de l’Église de Suède 2003). La tâche du diocèse est de conseiller et de soutenir les paroisses, et de veiller à ce que le travail soit effectué conformément à l’ordonnance de l’Église. Il est également responsable de l’organisation de la formation continue des employés diocésains. C’est également le diocèse qui administre les terres, les forêts et les fonds de l’Église de Suède. Certaines questions, qui sont communes à l’ensemble de l’Église de Suède, sont traitées au niveau national. Il s’agit par exemple des cours d’éducation de l’Église, des relations œcuméniques, de la coordination du travail international, du travail d’information, de la recherche et des questions culturelles. En outre, le niveau national fonctionne comme la voix de l’Église dans le débat public, tant en Suède qu’à l’étranger.

D 9 mars 2016    APer Pettersson

La chaîne de décision dans l’Église de Suède

La direction de l’Église de Suède repose sur la coopération entre une organisation civile démocratique (une spécificité suédoise est que cette organisation est composée de représentants des partis (...)

La direction de l’Église de Suède repose sur la coopération entre une organisation civile démocratique (une spécificité suédoise est que cette organisation est composée de représentants des partis politiques) et le triple ministère composé d’évêques, de prêtres et de diacres. Cette structure particulière, qui implique une coopération entre l’autonomie démocratique et le système épiscopal, a longtemps été appelée "la double chaîne de responsabilité". Aujourd’hui, cette expression est souvent utilisée pour signifier la responsabilité commune ou partagée, soulignant ainsi la combinaison de l’autonomie populaire et de l’autorité épiscopale. À chaque niveau, deux structures parallèles, une démocratique et une épiscopale, se partagent la responsabilité.
Pour les élections ecclésiastiques, les représentants sont élus à la fois au niveau diocésain et national. Les élections ecclésiastiques ont lieu tous les quatre ans. Tout membre de l’Église âgé de seize ans ou plus a le droit de voter. Les groupes responsables de la nomination des candidats à ces élections ecclésiastiques sont principalement constitués des partis politiques, qui établissent des listes spéciales de candidats pour les élections. En outre, les groupes apolitiques ont la possibilité de dresser leurs propres listes de candidats. Le nombre de votants a longtemps été d’environ 10 %, mais il a augmenté à la suite de la modification des relations entre l’Église et l’État. Le système électoral actuel - surtout le rôle des partis politiques - est toutefois un sujet de discussion.
Le principal organe de décision au niveau de la paroisse est le synode paroissial. Dans chaque paroisse, il existe un conseil paroissial. Il a pour mission de veiller à la vie de la paroisse et d’être responsable, avec le vicaire, de l’accomplissement des tâches fondamentales de la paroisse. L’organe de décision au niveau diocésain est le synode diocésain. Chaque diocèse doit avoir un conseil diocésain qui fonctionne comme un organe administratif et exécutif du synode diocésain, et un chapitre diocésain. Le synode de l’Église est le plus haut organe de décision de l’Église de Suède. Il est composé de 251 représentants directement élus par les membres de l’Église. Ni les prêtres ni les évêques ne sont des représentants autonomes. Par contre, les évêques sont obligés d’être présents au synode. Ils ont le droit de déposer des motions et peuvent prendre part aux délibérations, mais ils n’ont pas le droit de vote. Le Conseil de l’Église est le conseil de l’Église de Suède en tant que communauté religieuse. Il a la responsabilité principale du travail de l’Église dans les périodes entre les synodes.

D 9 mars 2016    APer Pettersson

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact