eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Roumanie » Questions et débats actuels » 2021 » Le rituel du baptême orthodoxe ne va pas changer

Le rituel du baptême orthodoxe ne va pas changer

  • Avril 2021

À la suite de la mort d’un bébé lors du rituel du baptême orthodoxe (voir le débat actuel de février 2021 : "Le rituel du baptême orthodoxe en question"), de nombreux débats ont été suscités par la mort d’un bébé lors du rituel du baptême orthodoxe sur la possibilité pour l’Église orthodoxe roumaine d’abandonner la pratique de l’immersion totale des enfants dans l’eau bénite. L’Institution de l’Avocat du Peuple s’est également exprimée à ce sujet et a fait une série de propositions à l’Église orthodoxe roumaine : proposer des cours supplémentaires pour les étudiants en théologie, mais aussi pour les prêtres, concernant la pratique liturgique appliquée au sacrement du baptême ; instaurer des discussions détaillées entre le prêtre et la famille du bébé concernant la santé physique de l’enfant ; encourager les parents à instaurer le baptême à un moment où le développement physique de l’enfant permet au rituel de se dérouler sans risques ; expliquer aux parents que l’accomplissement du sacrement du baptême, dans les 40 jours suivant la naissance de l’enfant, n’est pas obligatoire et qu’il n’y a pas de date limite avant laquelle l’enfant devrait être baptisé.

À l’occasion de sa dernière réunion, le Saint Synode de l’Église orthodoxe roumaine a réitéré que l’Église orthodoxe roumaine ne peut pas changer sa doctrine, son rituel ou sa discipline canoniques, car elle a l’obligation de rester en communion dogmatique (doctrinale), liturgique (sacramentelle) et canonique (disciplinaire) avec l’Église orthodoxe universelle, mais a exhorté ses serviteurs à assumer davantage de responsabilités dans l’accomplissement des sacrements. Elle a exprimé quelques recommandations à cet égard :
- avant l’accomplissement du baptême, le prêtre a l’obligation de rencontrer les parents et de s’enquérir de la santé de l’enfant ;
- les facultés de théologie du Patriarcat roumain porteront plus d’attention à la pratique liturgique de l’accomplissement des sacrements, en particulier lors de l’acte des trois immersions lors du service de baptême ;
- des conférences avec des prêtres concernant la bonne exécution des sacrements seront organisées annuellement.

D’autres commentateurs de la vie religieuse étaient d’avis que, lorsqu’il interfère avec la vie religieuse, l’État doit être guidé par le principe de la neutralité religieuse. Tout comme la circoncision des juifs fait partie de l’exercice de la liberté religieuse et toute restriction de celle-ci est une limitation de la liberté religieuse, de même l’intervention de l’État dans la vie liturgique de l’Église orthodoxe roumaine est une violation de la liberté religieuse.

D 16 avril 2021    AGabriel Birsan

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact