eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

2016

  • Février 2016 : Le Sénat italien a approuvé l’union civile pour les couples de même sexe

Après des années de batailles politiques menées par des mouvements homosexuels, le Sénat italien a approuvé en février 2016 la première loi accordant une reconnaissance légale aux unions homosexuelles. Le projet de loi doit encore passer à la chambre basse des députés, mais l’adoption en février 2016 a été le plus dur. Approuvé par le Sénat, le projet de loi accorde aux couples de même sexe des droits similaires à ceux des autres couples mariés, y compris un soutien financier et moral mutuel, le partage d’un nom de famille et d’une adresse personnelle commune, ainsi que certains droits de succession et de retraite (voir Atto Senato n. 2081). Cependant, il faut souligner que le passage au Sénat italien a cessé de donner aux couples de même sexe le droit à l’adoption d’enfants par alliance. La réduction de la disposition sur l’adoption était en fait cruciale pour ce passage ; le projet de loi a rencontré suffisamment de résistance et le Premier ministre, Matteo Renzi, a lié son sort à un vote de confiance sur son gouvernement, qui a été adopté sans ménagement, 173 à 71.
Le projet de loi accorde certains droits civils aux couples non mariés, qui ont été historiquement largement ignorés par la législation actuelle. Il n’en demeure pas moins que la disposition de la législation qui aurait accordé l’adoption à « l’enfant par alliance », c’est-à-dire l’octroi de certains droits parentaux aux parents non biologiques dans les unions homosexuelles, a été retirée de la législation à la suite d’un accord parlementaire entre le Parti démocratique de Renzi (PD) et ses partenaires de coalition, le Nouveau centre droit (NCD). Une autre disposition, qui traitait de l’exigence de « fidélité » dans la relation, a également été effacée du projet de loi, après que les conservateurs se sont plaints que le langage tentait d’imiter les vœux de mariage.
Pour l’auteure du projet de loi initial, la sénatrice Monica Cirinnà, « il s’agit d’un premier pas, d’une victoire avec un trou dans le cœur. C’est une loi très importante, mais je pense aussi aux enfants de tant d’amis. Désormais, nous devons faire un deuxième pas ; nous sommes à mi-chemin dans l’escalier ». D’autre part, le ministre de l’Intérieur et chef du NCD, Angelino Alfano, qui a mené la bataille contre la disposition relative aux enfants par alliance mais a finalement soutenu l’adoption de la loi, est apparu comme un vainqueur politique clair dans la dure bataille sur la législation. « Nous avons bloqué une révolution qui aurait été contre la nature et l’anthropologie », a-t-il déclaré en entrevue. Alfano, et tous ceux qui étaient contre l’adoption des enfants par alliance, ont soutenu que cette façon d’adopter les enfants aurait ouvert les portes à la maternité de substitution, c’est-à-dire un accord (légalement reconnu dans certains pays occidentaux, mais interdit en Italie) à travers lequels les couples, y compris les couples de même sexe, peuvent avoir un enfant par le biais d’une mère porteuse (voir Rainews, Unioni civili, Alfano :« abbiamo impedito una rivoluzione contro natura » (« Nous avons empêché une révolution contre-nature »).
La veille de l’approbation du projet de loi par le Sénat italien, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller, et le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, avaient affirmé que les unions entre personnes de même sexe ne pouvaient jamais être considérées comme équivalentes au mariage. S’exprimant lors d’une conférence à Rome, le cardinal Müller a prévenu que les hommes politiques ne devaient pas « imposer une fausse idéologie ». Le pape François n’est pas intervenu directement dans le débat, mais les hommes politiques catholiques ont monté une campagne furieuse contre la clause d’adoption, arguant que les enfants ont besoin d’une mère et d’un père.
Dans le même temps, un mouvement de 28 groupes LGBT italiens a dénoncé le projet de loi comme un désaveu : « On n’a pas attendu 30 ans pour ça », ont-ils dit. Des militants ont organisé une manifestation bruyante devant le Sénat et promis de nouvelles manifestations. Le chef d’un groupe de défense des droits des homosexuels appelé Arcigay a déclaré : « nous avons entendu des discours horribles au Sénat sur les enfants génétiquement modifiés pendant les débats ».
En ce sens, il est important de se rappeler ce que les tribunaux italiens ont établi dans certaines de leurs décisions concernant l’adoption d’enfants par alliance. L’une de ces décisions concerne le droit de garde d’une Italienne qui a donné naissance à un enfant alors qu’elle était en couple avec un homme. Après la rupture de cette relation, la femme s’est mise en couple avec une autre femme. À ce stade, le père naturel a revendiqué la garde exclusive de son fils, affirmant que la relation lesbienne des femmes était nuisible à l’enfant et que, constitutionnellement parlant, le couple homosexuel ne pouvait pas être qualifié de famille. Selon ses propres mots, la Constitution italienne protège « la famille naturelle et le mariage au sens traditionnel des termes ». Néanmoins, la Cour de cassation italienne n’a pas accepté ce raisonnement. Tout d’abord, la Cour a qualifié la relation entre personnes du même sexe de « famille centrée sur un couple homosexuel ». Elle a ensuite examiné si un tel contexte familial était préjudiciable à l’enfant. Enfin, la Cour a affirmé que ces allégations « ne sont pas fondées sur la science ou l’expérience, mais sur le seul préjugé selon lequel vivre dans une famille centrée sur un couple homosexuel nuit au développement sain de l’enfant » (voir Corte di Cassazione, sez. I civile, sentenza dell’11 gennaio 2013 n. 601).
Sur la base de ce même point de vue, le tribunal pour mineurs (Tribunale per i Minorenni) de Rome a autorisé le 30 juillet 2014, pour la première fois dans l’Histoire italienne, l’adoption d’un enfant vivant avec un couple de lesbiennes. Il s’agissait d’une fillette de cinq ans, conçue dans un pays européen avec fécondation assistée. Les deux femmes se sont mariées à l’étranger et, comme on l’a vu plus haut, ce mariage a pu être reconnu en Italie. Néanmoins, le parent non biologique a été autorisé à adopter l’enfant, en vertu de la clause énoncée à l’article 44(1-d) de la loi italienne sur l’adoption (n° 184) de 1983, telle que modifiée par la loi de 2001 (n° 149). La clause autorise l’adoption dans des cas particuliers, en privilégiant le meilleur intérêt de l’enfant afin de maintenir la relation affective et la cohabitation avec le « parent social », comme une personne autre qu’une mère biologique ou un père ayant élevé l’enfant. En conséquence, outre la nécessité pour l’enfant de maintenir une relation avec les deux femmes et pas seulement avec la mère biologique, la Cour italienne a considéré le couple lesbien comme une famille, dont les membres ne peuvent être discriminés par rapport à leur orientation sexuelle. Comme l’avait indiqué la Cour constitutionnelle italienne dans le célèbre arrêt de 2010 (n° 138), deux femmes impliquées dans une relation de même sexe « sont tenues d’avoir le droit de vivre librement en couple » (« vivere liberamente la propria condizione di coppia) ». Selon la Cour des mineurs de Rome, cela implique le droit d’avoir des enfants biologiques ou adoptés (voir Tribunale per i Minorenni di Roma, sent. 299/2014, 30 luglio 2014.)
Plus généralement, cette approche juridique signifie que si les juges ordinaires appliquent l’article 44 de la loi italienne sur l’adoption de manière à ce que les couples de même sexe soient exclus de l’adoption en raison de leur orientation sexuelle, cette interprétation serait considérée en contradiction avec l’article 2 (consacré aux droits inviolables de la personne, en tant qu’individu et dans les groupes sociaux, y compris de facto les couples de même sexe) de la Constitution italienne (voir. F. Alicino, "The Road to Equality. Same-Sex Relationship within the European Context : The Case of Italy").

Francesco Alicino
  • Janvier 2016 : Réformes de la loi sur l’Église catholique dans les procès en nullité de mariage

Le pape François a récemment promulgué les lois régissant la nouvelle procédure abrégée pour la nullité des affaires de mariage. Alors qu’un processus juridique est nécessaire pour rendre des jugements précis, le processus canonique d’annulation de mariage doit être plus rapide, moins cher et beaucoup plus qu’un ministère pastoral. Ces réformes ont notamment été formalisées par deux documents papaux, Mitis Iudex Dominus Iesus (Le Seigneur Jésus, le Juge doux) pour l’église de rite latin et Mitis et miséricors Iesus (Le Doux et le Miséricordieux Jésus) pour les églises catholiques orientales. En pratique, ces documents ne sont pas destinés à promouvoir la nullité des mariages, mais la rapidité des processus, ainsi qu’une simplicité correcte des procédures, afin que les couples catholiques ne soient pas opprimés par l’ombre du doute pendant des périodes prolongées.
Néanmoins, ces actes soulèvent diverses questions concernant les effets civils du jugement ecclésiastique affirmant la nullité d’un mariage, en vertu de l’article 8 (section 2) du Concordat italien de 1984 entre le Saint-Siège et la République italienne. Les documents papaux semblent affirmer une sorte de juridiction volontaire, de même que la dispense de mariage valide (non consommé). Cela peut avoir des impacts importants en ce qui concerne la « delibazione », la procédure par laquelle les effets d’un jugement canonique sont reconnus dans l’ordre civil italien, tel qu’établi par l’article 8.2 du Concordat de 1984 (voir Nicola Colainni, "Il giusto processo di delibazione e le “nuove” sentenze ecclesiastiche di nullità matrimoniale").

Read the full article by Vera Valente.

Vera Valente

D 24 mars 2016    AFrancesco Alicino AVera Valente

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact