eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Estonie » Religion et société » Minorités religieuses

Minorités religieuses

Minorités religieuses

Selon les enquêtes, les sondages et les données du recensement, seule une minorité de la population estonienne se considère comme ayant une affiliation religieuse. Il existe deux traditions religieuses dominantes en Estonie : la tradition luthérienne et la tradition orthodoxe. Ces deux traditions représentent 90 % de la population religieusement affiliée. Ces deux traditions sont également les seules à compter plus de 100 000 affiliés.

- Les principales minorités religieuses en Estonie sont des groupes chrétiens : les catholiques romains, les baptistes et les témoins de Jéhovah. Les baptistes et les chrétiens évangéliques constituent les minorités protestantes les plus importantes depuis la fin du 19e siècle. Il existe également différentes communautés pentecôtistes et charismatiques, ainsi que des adventistes du septième jour et des méthodistes. La diversité parmi les églises chrétiennes minoritaires est importante. S’il existe plusieurs versions de charismatiques liturgiques (l’Église épiscopalienne charismatique estonienne, l’Église anglo-catholique d’Estonie, l’Église catholique charismatique), on trouve également des congrégations dirigées par des évangélistes nigérians ainsi que d’autres mouvements charismatiques.

- Une minorité ethno-religieuse distincte est constituée par les vieux-croyants russes qui sont arrivés en Estonie au cours du 18e siècle et se sont installés sur la rive occidentale du lac Peipus. Au fil des siècles, les vieux-croyants russes en Estonie ont conservé leurs particularités ethniques, culturelles et religieuses.

- La communauté juive en Estonie a une longue histoire. La première société juive a été organisée au 18e siècle, et au 19e siècle, les premières synagogues ont été établies. En 1926, la République d’Estonie a accordé à la communauté juive le statut d’autonomie culturelle, suivi d’une augmentation des activités culturelles et sociales. En 1940, le régime soviétique est entré en vigueur et l’Estonie a été annexée par l’Union soviétique. Les sociétés juives et les associations religieuses ont été interdites. Les répressions soviétiques en Estonie touchent également la communauté juive, et lors d’une déportation massive en juin 1941, environ 400 Juifs, soit 10 % de la communauté, sont déportés. L’occupation soviétique est suivie par l’occupation allemande de 1941 à 1944. Pendant cette période, les membres de la communauté juive qui n’avaient pas quitté l’Estonie ont été tués par le régime nazi. Pendant l’occupation soviétique qui a suivi, à partir de 1944, les activités religieuses juives ont été pratiquées principalement dans les cercles familiaux. Dans le sillage du mouvement d’indépendance estonien et du réveil national, la communauté juive estonienne est redevenue active. Cependant, d’un point de vue religieux, les développements du 21e siècle ont été les plus importants pour la communauté juive. En effet, en 2000, le premier rabbin depuis la seconde guerre mondiale est arrivé en Estonie, et en 2007, une nouvelle synagogue a été ouverte. La communauté juive considère que le nombre de Juifs vivant en Estonie est d’environ 3000, bien que la majorité de la population juive puisse être considérée comme fortement sécularisée.

- La communauté musulmane en Estonie trouve ses racines aux 18e et 19e siècles, et la première association religieuse a été enregistrée en 1928. Jusqu’à la période soviétique, la communauté musulmane d’Estonie était presque exclusivement composée de Tatars. En raison des politiques migratoires soviétiques, l’Estonie a connu une immigration régulière en provenance du reste de l’Union soviétique à partir des années 1950. Bien que les associations religieuses musulmanes n’aient pas été autorisées à s’enregistrer pendant la période soviétique en Estonie, les pratiques religieuses étaient suivies dans les cercles familiaux. Pour la communauté musulmane, l’immigration était également synonyme de diversification. Le réveil national des Estoniens à la fin des années 1980 a été suivi de processus similaires au sein des minorités ethniques. L’association religieuse musulmane a été enregistrée par les sociétés culturelles tatares en 1989. En 1994, la congrégation a été réorganisée sous le nom de Congrégation islamique estonienne, et elle représentait aussi bien les musulmans sunnites que les musulmans chiites vivant en Estonie. En 1995, un groupe dissident, la Congrégation musulmane sunnite estonienne, a été enregistré en raison de la discorde au sein de la communauté musulmane. Au 21e siècle, la communauté musulmane d’Estonie s’est diversifiée en raison de l’immigration en provenance de pays musulmans et de la conversion de personnes d’origine estonienne ou russe. Selon le recensement de la population de 2011, environ 1500 musulmans âgés de plus de 15 ans vivaient en Estonie.

- Bien que les premiers contacts avec le bouddhisme en Estonie remontent aux années 1920, et qu’il y ait eu un intérêt académique pour le bouddhisme dans les années 1970 et 1980 qui s’est traduit par la publication de traductions de textes bouddhistes, le bouddhisme n’est pratiqué en tant que religion que dans les années 1980. Actuellement, quatre associations religieuses bouddhistes sont enregistrées en Estonie, qui représentent différentes écoles bouddhistes tibétaines. Il existe également plusieurs groupes bouddhistes qui ont obtenu leur statut d’entité juridique en tant qu’associations régulières à but non lucratif.

Sources :
- Estonian Jewish Community Website.
- Pilli, Toivo, Dance or Die : The Shaping of Estonian Baptist Identity Under Communism. Eugene, OR : Wipf & Stock, 2009.
- Ringvee, Ringo, "New Religious Movements and New Age in Estonia", in James R. Lewis and Inga Bårdsen Tøllefsen (eds.), Handbook of Nordic New Religions. Leiden : Brill, 2015, pp. 478−494.
- Ringvee, Ringo, "Charismatic Christianity and Pentecostal churches in Estonia from a historical perspective", Approaching Religion, 5 (1), 2015, pp. 57−66.
- Ringvee, Ringo, "Estonia", in : Oliver Scharbrodt et al (ed.), Yearbook of Muslims in Europe. Leiden : Brill, 2015, pp. 201–208.
- Talts, Mait, "The First Buddhist Priest on the Baltic Coast : Karlis Tennison and the Introduction of Buddhism in Estonia", Folklore. Electronic Journal of Folklore, 38, 2008, p. 67−112.

Plus d’informations sur les minorités religieuses en Estonie sont disponibles sur le site Estonica.

D 14 septembre 2016    ARingo Ringvee

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact