eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Pays-Bas » Questions et débats actuels » 2021 » Religions, mesures sanitaires et vaccination aux Pays-Bas

Religions, mesures sanitaires et vaccination aux Pays-Bas

  • Novembre 2021

Les communautés religieuses aux Pays-Bas ont réagi de diverses manières tant à l’épidémie de Covid-19 qu’aux mesures prises par les autorités pour la juguler, notamment en ce qui concerne la vaccination.

La politique gouvernementale
Les autorités néerlandaises ont utilisé la même palette de mesures que les autres gouvernements d’Europe occidentale : distanciation, désinfection des mains à l’entrée des commerces et édifices publics, couvre-feu, port du masque, passe sanitaire, vaccination. Comme ailleurs en Europe, il a rencontré les mêmes difficultés d’anticipation de la gravité de la catastrophe. Il a tenu et tient encore de vraies conférences de presse régulières (jusqu’à 2 ou 3 par semaine au plus fort de la crise) pendant lesquelles le Premier ministre et le ministre chargé du suivi de la politique Covid répondaient aux questions des journalistes. Sa politique semble avoir été soumise au respect de deux contraintes avec lesquelles il a arbitré au jour le jour : le respect des libertés individuelles (la vaccination est vivement conseillée, mais pas obligatoire) et la préservation de l’économie. Les congrégations religieuses, en concertation avec leurs représentants, ont été soumises à des mesures allégées (par exemple s’agissant du passe sanitaire) et les ont en général appliquées.

Un révélateur faible
L’attitude officielle des religions ou des confessions à l’égard de l’épidémie et des mesures prophylactiques ne permet pas de discerner clairement les tendances qui pourraient s’opposer en leur sein.
Les discours théologiques individuels concernant le virus dont la presse généraliste fait état font apparaître trois tendances) :
-  Dieu est un soutien pour traverser la crise (pensée du type « aide-toi et le ciel t’aidera »).
-  Dieu envoie le virus pour nous faire prendre conscience de notre fragilité.
-  Dieu envoie le virus pour nous punir.
S’agissant du vaccin, les positions varient entre deux extrêmes : le vaccin est un don de Dieu, ou le vaccin s’oppose à l’action de Dieu.
La perte de confiance à l’égard de la science et la dénonciation d’une civilisation animée par un désir de « toute-puissance » touchent aussi bien les « libéraux » que les « orthodoxes ».

La PKN (luthéro-réformés, majoritaire au sein du protestantisme néerlandais)
Il ne semble pas qu’il existe de déclarations officielles, s’agissant de l’épidémie en tant que telle ou concernant la vaccination. L’en-tête de la page web de la PKN traduit bien ce qui semble la principale préoccupation de la PKN : « Être Église en temps de Corona. Les communautés de l’Église protestante subissent aussi les conséquences des mesures adoptées pour faire barrage au coronavirus. Nos services mettent tout en œuvre pour vous fournir l’information la plus actuelle et la plus rigoureuse ». La seule prise de position est que l’objectif est de « faire barrage » ; suis une liste exhaustive des protocoles à appliquer pour les différents offices et autre assemblées ecclésiales.

Les autres dénominations protestantes
Il semble que des Vrijzinnig (libéraux libre-penseurs protestants) aux différentes dénominations d’obédience calviniste plus ou moins stricte (Gereformeerd Hersteld, Gereformeerd Vrijgemaakt, Christelijke Gereformeerd), on ait adopté la même position prudente que la PKN.
En ce qui concerne les Vrijzinnig, on trouvera sur leur site une critique de la polarisation de l’opinion à propos des mesures et du vaccin et une dénonciation de la violence de certains anti-vaccin. Mais la priorité est donnée au libre arbitre et à la liberté individuelle.
S’agissant des communautés d’obédience calviniste stricte, la presse non confessionnelle n’a pas manqué de stigmatiser les quelques pasteurs ou communautés qui ont sporadiquement résisté aux mesures prophylactiques ou tenu un discours anti-vaccination.
Il n’en demeure pas moins que les taux d’incidence sont particulièrement élevés dans les régions où les communautés calvinistes strictes sont les plus présentes (Bijbelbelt), et que les taux de vaccination y sont particulièrement bas. Dans les quelques entretiens avec des pasteurs de ces communautés publiés dans la presse généraliste, l’argument le plus souvent invoqué est « avec le vaccin, on intervient dans ce qui relève exclusivement de l’action de Dieu. » (voir Gereformeerde Kerken vrijgemaakt et Christelijke gereformeerde kerken)

Islam
Il est pratiquement impossible d’accéder via internet à une ou des positions collectives officielles. Il existe un site musulman consacré au corona où l’on retrouve la même prudence que chez les protestants. Pas de protocoles adaptés, mais l’offre d’une aide par téléphone assurée par l’Association des imams et un souci particulier s’agissant des inhumations. Le site de l’Association des imams des Pays-Bas est à ce jour en construction.
La presse généraliste fait sporadiquement état de plaintes des imams à propos de la difficulté de mise en œuvre des mesures et des éventuelles interdictions qui en résultent.

Église catholique romaine
Avec des réserves concernant les procédés de fabrication des vaccins (utilisation ou non de cellules fœtales), la hiérarchie catholique néerlandaise se déclare officiellement favorable à la vaccination et fournit aux communautés locales des protocoles prophylactiques adaptés aux différents types de services, comme le font les autres confessions.
Dans le dernier paragraphe d’un article, le Cardinal Eijk reprend à son compte au nom de la Conférence des évêques, l’argument officiel en faveur de la vaccination : « se protéger et protéger les autres ».

Judaïsme
Le rabbinat d’Amsterdam a publié régulièrement es protocoles prophylactiques adaptés aux différents types de services. Dans un communiqué, il reconnaît que la vaccination pose un dilemme au regard de l’obligation halachique de « prendre soin de soi », mais lève ce dilemme en affirmant sa confiance dans les études d’innocuité à court et moyen terme. Il évoque clairement l’argument « se protéger et protéger les autres » et souligne que la généralisation de la vaccination devrait permettre le retour rapide à une vie communautaire normale.

D 5 novembre 2021    ARichard Bennahmias

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact