eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

2017

  • Juin 2017 : Demandeurs d’asile

La guerre en Syrie et les troubles politiques en Irak ont provoqué un afflux de demandeurs d’asile en Finlande en 2015. Selon le service d’immigration finlandais, 32 476 personnes sont venues en Finlande en 2015 (contre 5657 en 2016 ou 3651 en 2014). Cela a provoqué un tollé et une inquiétude générale ; certains citoyens ont exigé un contrôle plus strict des frontières, et le refoulement des demandeurs d’asile. Le durcissement de l’attitude des gens était visible dans les articles de journaux et sur les médias sociaux. L’Église a répondu en rappelant que l’Église luthérienne évangélique de Finlande n’est pas destinée aux seuls Finlandais (archevêque Mäkinen), mais qu’elle entend aider et soutenir toute personne, quelle que soit sa religion ou sa nationalité. La plupart des évêques et des prêtres ont adopté la même attitude. En signe de protestation, certains Finlandais se sont retirés de l’Église. L’adoption d’une position positive sur les droits de l’homme de chaque personne a également donné lieu à des discours et à des courriers haineux à l’encontre de certains membres du clergé très en vue, comme l’évêque d’Helsinki, Irja Askola. La question de savoir si l’Église et le gouvernement ont des points de vue différents dans cette affaire a fait l’objet d’un débat. Les évêques et la ministre de l’Intérieur Paula Risikko se sont rencontrés en novembre 2016 pour discuter de leurs inquiétudes mutuelles et sont parvenus à un accord sur la nécessité de garantir les droits et le bien-être de chacun en Finlande.

  • Juin 2017 : Mariage entre personnes de même sexe

En Finlande, la nouvelle loi sur les partenariats enregistrés des couples de même sexe est entrée en vigueur en 2002. Deux initiatives ont ensuite été présentées au Synode général ; l’une d’entre elles énonçait que les personnes vivant en partenariat enregistré ne devraient pas être autorisées à travailler dans l’Église luthérienne évangélique. L’autre proposait que les partenaires de même sexe puissent faire bénir leur partenariat enregistré par l’Église. Les deux initiatives ont été rejetées. Un groupe de travail a été créé et la Conférence des évêques et le Synode général ont examiné la nouvelle situation. Ils sont parvenus à un compromis selon lequel les pasteurs peuvent prier pour et avec les personnes qui ont enregistré leur partenariat. Toutefois, l’événement ne doit pas être comparé à un mariage et ne doit pas comporter d’éléments appartenant à un mariage tels que l’échange des vœux et des alliances.

La loi très débattue sur les mariages entre personnes de même sexe a été adoptée par le parlement en mars 2017. L’Église de Finlande doit maintenant décider de la marche à suivre si certains prêtres devaient défier les décisions du Synode général de l’Église, car certains prêtres sont prêts à marier des couples de même sexe alors que cela n’est pas autorisé dans le livre de service de l’Église. La Conférence des évêques a commandé au printemps 2017 une étude sur les alternatives de l’Église lorsque, à l’avenir, la législation laïque pourra s’opposer au dogme de l’Église. Il est douteux que de nouvelles décisions concernant ce dilemme soient prises dans un avenir proche.

D 30 juin 2017    ATommi Heino

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact