eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Canada » Repères historiques » Parcours historique » Les Européens dans les premières colonies jusqu’à la Conquête britannique de (...)

Les Européens dans les premières colonies jusqu’à la Conquête britannique de 1759

Les premiers arrivants sur les territoires qui constituent aujourd’hui le Canada étaient des peuples nordiques, qui ont établi des colonies temporaires vers l’an 1000 de notre ère dans ce qui est actuellement Terre-Neuve. Pour des raisons inconnues, ces établissements ne se sont pas poursuivis. On peut dire la même chose des explorateurs européens du 16e siècle, principalement de la Grande-Bretagne et de la France. Les premières tentatives d’établissement de colonies ont échoué. La principale activité des Européens était la pêche au large de la côte est, et ce par des personnes provenant de divers pays européens.

Vers le début du 17e siècle, des colons français, notamment sous la direction de Samuel de Champlain, ont finalement réussi à établir ce qui est devenu des colonies permanentes, d’abord sur la côte est, dans ce qui est aujourd’hui la Nouvelle-Écosse, puis en remontant progressivement le fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’actuelle Montréal. Ces colons étaient pour la plupart catholiques romains ; en 1627, la couronne française a expulsé ou interdit les protestants de ses colonies canadiennes et l’Église catholique romaine est devenue la seule Église établie. Le premier diocèse catholique romain a été établi au Québec en 1658.

Bien que l’économie des colonies repose en grande partie sur le commerce des fourrures, en particulier des peaux de castor, la colonisation agricole a commencé très tôt et des personnalités religieuses ont joué un rôle important dans l’établissement et la solidification des colonies. Qu’il s’agisse de membres d’ordres monastiques comme les Jésuites et les Récollets, de structures épiscopales ou de nouveaux ordres comme les Sœurs grises, l’objectif était de servir la population croissante des colons, mais aussi de convertir de manière critique les peuples indigènes, notamment en créant très tôt des écoles pour leurs enfants. Le XVIIe siècle a été l’époque de Kateri Tekakwitha, une chrétienne convertie des Six Nations qui a été canonisée à la fin du XXe siècle comme la première sainte catholique autochtone canadienne. C’est aussi l’époque de figures religieuses aujourd’hui considérées comme les fondateurs de la société canadienne-française (Québec), dont Jeanne Mance, Marie de l’Incarnation, l’évêque Laval et les pères Brébeuf et Lalemant, ces deux derniers étant morts parmi les Wendats (Hurons) de ce qui est aujourd’hui le sud-ouest de l’Ontario (Huronie) lors de la destruction de cette société par la confédération des Haudenosaunee (Iroquois) en 1649.

Pendant cette période, les cultures religieuses des peuples autochtones qui ont eu des contacts avec les colons européens sont restées largement viables, bien qu’elles aient également subi des changements. Leur viabilité n’a été que minée par la destruction des économies et des politiques indigènes, qui a commencé dans certaines régions dès le 18e siècle et s’est accélérée au 19e siècle et au 20e siècle dans toutes les régions.

La présence britannique et sa domination éventuelle ont commencé pour de bon après 1713, avec la conquête britannique des colonies maritimes, qui sont aujourd’hui les provinces de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. En 1755, le pouvoir britannique a expulsé la plupart des Acadiens francophones, dont beaucoup se sont installés en Louisiane, et dont beaucoup sont ensuite revenus dans la région, notamment dans l’est du Nouveau-Brunswick. La colonisation britannique augmente tout au long du XVIIIe siècle dans les provinces maritimes, mais la population se compose de plus en plus d’une majorité protestante et d’une minorité catholique romaine, dont les Acadiens ne constituent que le groupe le plus nombreux. À la fin du XVIIIe siècle, les mouvements baptiste et congrégationaliste arrivent dans les colonies maritimes en provenance des colonies américaines du sud.

En 1759, dans le cadre de la guerre de sept ans entre la Grande-Bretagne et la France, les Britanniques ont conquis les colonies françaises du Canada, et ont rendu cette conquête permanente par le traité de Paris en 1763.

D 20 juin 2017    APeter Beyer

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact