eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

2018

  • Septembre 2018 : Liberté d’expression, blasphème et offense aux sentiments religieux en Espagne

Un débat très politisé lié à la religion se déroule actuellement en Espagne. La police a récemment arrêté un acteur espagnol célèbre parce qu’il avait refusé d’assister à une audience au tribunal, après que l’Association espagnole des avocats chrétiens a rapporté qu’il avait commis un crime d’offense aux sentiments religieux. En 2017, il avait publié sur ses profils de réseaux sociaux des commentaires « insultant la Vierge et Dieu », que cette association juge contraire à l’article 525 du code pénal espagnol. Le tribunal a reconnu les faits et l’acteur est accusé de crime contre les sentiments religieux. Si le délit spécifique de blasphème avait été effacé de la justice espagnole en 1988, le crime de dérision figure toujours dans cet article du code pénal de 1995. Les partisans de l’acteur et ses opinions politiques affirment qu’il sera jugé pour blasphème comme un vestige de la dictature franquiste, ce qu’ils considèrent inacceptable dans une démocratie moderne.

S’il ne s’agit pas d’un nouveau débat en Espagne, il a récemment gagné en pertinence. Plusieurs affaires liées à des offenses envers des sentiments religieux sont apparues depuis 2012. D’autres affaires liées à la « liberté d’expression », non liées à des questions religieuses, ont également suscité de vifs débats et des inquiétudes ont été soulevées, notamment par Amnesty International, sur la restriction des libertés individuelles plus généralement.

  • Avril 2018 : Drapeau à nouveau en berne pour Pâques

Comme l’an dernier, une polémique a éclaté autour de la décision de hisser le drapeau national en berne dans tous les bâtiments du ministère espagnol de la Justice pendant les célébrations de Pâques, pour commémorer la mort de Jésus-Christ. Même si cette décision a été très critiquée l’an dernier par les partis de l’opposition et certains secteurs de l’opinion publique, le ministre de la Défense a décidé de procéder de la même manière cette année (voir The Guardian). Le débat porte sur la nature religieuse ou laïque de la décision et l’incompatibilité avec le caractère neutre de l’État laïque.

D 30 avril 2018    AJulia Martínez-Ariño

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact