eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Norvège » Repères historiques » Parcours historique » De la Réforme à l’absolutisme

De la Réforme à l’absolutisme

La Réforme a été introduite au Danemark-Norvège par la loi, avec l’adoption de l’Ordonnance sur l’Église en 1537, prescrivant la structure et la compétence de l’Église norvégienne. S’ensuivit pendant plus d’un siècle des actes législatifs de plus en plus stricts garantissant l’orthodoxie religieuse dans le royaume, notamment les articles de 1569 sur les étrangers (Fremmedartiklene), interdisant toute forme de dissidence religieuse pour les étrangers, et le durcissement répété des sanctions pour les transgressions religieuses introduites sous le règne de Christian IV (1588-1648). Son successeur, Frederik III, abolit le Conseil d’État en 1661, transformant de fait le Danemark-Norvège en une monarchie absolutiste, définie très clairement dans sa loi sur le roi (Kongelov) de 1665, en vertu de laquelle les seuls contrôles du pouvoir monarchique absolu consistaient à maintenir l’orthodoxie luthérienne, à garder le royaume indivis et à ne pas céder le pouvoir.

Sous le règne du fils aîné de Frederik, le roi Christian V, une nouvelle loi norvégienne a été introduite en 1687, dont certaines parties figurent encore dans les recueils de lois. Cette loi représentait la dernière rupture avec les codes médiévaux en vigueur jusqu’alors et garantissait le maintien de la main de fer du roi sur l’église et la politique en général. Tout au long du XVIIIe siècle, l’État danois-norvégien est resté fortement absolutiste et intolérant à l’égard des confessions non luthériennes, comme le montre le code de 1741 sur le congrégationalisme, qui interdit la prédication laïque de pasteurs non affiliés à l’Église officielle.

D 20 septembre 2016    AHelge Årsheim

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact