eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Autriche » Données socio-religieuses » Participation religieuse » Pratique religieuse » Participation aux services religieux et à la prière

Participation aux services religieux et à la prière

Les données sur la participation aux services religieux proviennent de deux sources différentes. Premièrement, elle est couverte dans diverses enquêtes sociales, où les personnes interrogées indiquent elles-mêmes la fréquence de leur participation aux services religieux. Deuxièmement, l’Église catholique romaine collecte, dans ses statistiques ecclésiastiques, des informations sur la fréquentation des messes en comptant le nombre de fidèles pendant deux dimanches de l’année.

En ce qui concerne les catholiques romains, ces sources de données donnent des résultats quelque peu différents. La dernière étude autrichienne sur les valeurs de 2010 indique que 21 % des catholiques vont à l’église tous les dimanches. Cela représente une baisse d’environ la moitié par rapport au début des années 1970. Selon les statistiques ecclésiastiques de la Conférence des évêques d’Autriche, 11 % des catholiques fréquentaient l’église un dimanche ordinaire en 2014. Habituellement, ce décompte ne porte que sur 85 % des catholiques, car on suppose que certains d’entre eux sont empêchés d’assister à la messe un dimanche donné. Cette réduction du dénominateur implique que 13 % des catholiques se rendraient à l’église tous les dimanches ; la valeur correspondante était de 31 % en 1970.

En Autriche, il existe une nette différence régionale entre Vienne et les autres États fédéraux. Selon l’enquête sociale internationale de 2010, moins de 20 % des catholiques romains de Vienne se rendaient à l’église au moins une fois par mois, contre environ 30 % dans les autres États fédéraux.

Les données sur la fréquentation des services religieux pour les autres religions et confessions sont moins solides, principalement en raison de leur faible nombre dans les enquêtes sociales.

En ce qui concerne la fréquence des prières, les données de l’enquête montrent que, bien qu’une baisse ait été constatée au fil du temps, elle était nettement moins prononcée que pour la fréquentation des églises. En 2010, 23 % de la population autrichienne a indiqué prier quotidiennement selon l’étude sur les valeurs autrichiennes, tandis que 20 % ne priaient jamais. Là encore, on observe un net clivage régional au sein de l’Autriche : 19 % ont indiqué prier au moins une fois par semaine à Vienne, contre 32 % dans les autres États fédéraux, selon l’enquête sociale internationale de 2008.

Sources :
- Regina Polak and Christoph Schachinger, “Stabil in Veränderung : Konfessionsnahe Religiosität in Europa”, in Regina Polak (ed.), Zukunft. Werte. Europa. Die Europäische Wertestudie 1990–2010 : Österreich im Vergleich, Wien, Köln and Weimar 2011, pp. 191–219.
- Michaela Potančoková and Caroline Berghammer, “Urban faith : religious change in Vienna and Austria, 1986–2013”, in Hans Gerald Hödl and Lukas Pokorny (eds.), Religion in Austria, Volume 2, Wien 2014, pp. 217–251.
- Paul M. Zulehner, Verbuntung. Kirchen im weltanschaulichen Pluralismus. Religion im Leben der Menschen 1970–2010, 2011 Ostfildern.

D 19 avril 2016    ACaroline Berghammer

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact