eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Royaume-Uni » Repères historiques » Parcours historique » La Réforme

La Réforme

Henri VIII tenta d’obtenir du pape la permission de divorcer de sa femme, Catherine d’Aragon. Le pape refusa, alors Henri VIII pris le contrôle de l’autorité de l’Eglise d’Angleterre en 1534. La ’dissolution des monastères’ qui s’ensuivit réduisit considérablement le pouvoir de l’Eglise. Des mesures furent prises pour réformer la doctrine et le roi autorisa une version anglaise de la Bible. Il fallut cependant attendre son fils, Edouard VI pour que les idées protestantes apparaissent en Angleterre. On fit un livre de prière anglais pour fixer la seule forme légale du culte, qui tendit progressivement vers le protestantisme.
Edouard VI mourut jeune et Marie, sa demi-sœur catholique, lui succéda. Les efforts de cette dernière pour restaurer le catholicisme furent impopulaires et lui valurent le nom de "Bloody Mary". Elisabeth 1ère, la nouvelle reine, monta sur le trône en 1558. Bien que protestante, elle était une traditionaliste pragmatique. Elle mena l’Eglise anglicane à ce que l’on appela plus tard la via media : catholique et réformée, mais ni romaine ni calviniste. Le ’règlement élisabéthain’ ne fut certes pas entériné avant un siècle, mais il marqua le caractère propre de la religion et de la culture anglaise.
En Ecosse, la réforme pris un autre chemin. John Knox avait étudié à Genève et l’Eglise d’Ecosse rejeta les évêques et préféra la structure presbytérienne. Le pays de Galle fut rattaché pacifiquement au comté par l’Acte d’Union sous le règne d’Henri VIII. L’Irlande demeurait un problème : farouchement attachée à son identité, fidèle à l’Eglise catholique, elle résistait à toute tentative d’imposer le protestantisme. Elisabeth 1ère ne voulait pas d’une Irlande indépendante sous le patronage espagnol, elle envoya donc l’armée assujettir le pays.
Sous le règne d’Elisabeth, l’Angleterre devint plus qu’une simple île au large des côtes d’Europe. L’exploration, la colonisation et les victoires militaires (notamment la défaite de l’armada espagnole en 1588) lui conférèrent une importance croissante dans le monde. Les arts s’épanouirent : ce fut l’époque de Shakespeare, de Marlow et de Bacon. A la mort d’Elisabeth en 1603, le Parlement – la voix des propriétaires terriens - gagnait de l’influence.

D 11 septembre 2012    ADavid Voas

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact