eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

2012

  • Décembre 2012 À la recherche d’un nouveau modèle de financement des églises par l’État

Le ministère de la Culture de la République slovaque, en coopération avec le ministère des Finances de la République slovaque, a rassemblé un groupe d’experts qui s’est réuni pour résoudre la question du soutien financier de l’État aux églises et aux sociétés religieuses. L’objectif de la réunion était de trouver un modèle pour séparer financièrement l’Église et l’État et de rechercher un meilleur modèle de financement des églises en Slovaquie. Pour ce faire, l’exécutif exige un inventaire de la valeur immobilière des églises. Cependant, le gouvernement n’est pas parvenu à un accord, même lors de la session suivante en février 2013, bien qu’il ait toujours déclaré un intérêt à modifier le système de financement des églises en Slovaquie.

  • Juillet 2012 : Destitution de l’archevêque Bezák

Le 2 juillet 2012, le pape Benoît XVI a destitué l’archevêque Bezák de la direction de l’archidiocèse de Trnava. Sa décision reposait sur une visite apostolique du 22 janvier au 1er février 2012. Les premiers pas de Bezák après sa prise de fonction en juin 2009 comprenaient la planification d’un audit financier. Quelques mois plus tard, en septembre 2009, Bezák notifiait au Vatican les problèmes économiques du diocèse et exigeait une inspection. Des soupçons liés à des transactions financières lors de la prise de fonction de son prédécesseur Jan Sokol, notamment la vente de biens de l’Église à la société Tesco, ont également été inspectés par l’Institut anti-corruption à la suite de la décision du chef de la police. Durant son mandat, Bezák a initié plusieurs projets d’ouverture du diocèse au public. Du 22 janvier au 1er février, une visite apostolique a eu lieu dans l’archidiocèse de Trnava. Selon le communiqué de la nonciature apostolique en Slovaquie publié au nom du Saint-Siège le 9 juillet 2012, la visite apostolique a été réalisée « en raison de nombreuses initiatives concernant la situation pastorale envoyées directement au Saint-Siège par des prêtres et des croyants ». Sur la base des résultats de la visite, il a été demandé à Róbert Bezák de fournir une déclaration, qui a été exprimée par une lettre à la Congrégation pour les évêques. Selon des documents publiés par la télévision TA3, le Vatican s’est intéressé aux questions personnelles, économiques et catéchistiques (comme le célibat, l’euthanasie, les relations prémaritales, les femmes prêtres).
D’après le communiqué de la nonciature du 9 juillet 2012, après mûre réflexion et prières, le pape Benoît XVI a demandé à l’archevêque Bezák de démissionner. Dans le même temps, il a été convenu que Bezák rencontrerait le préfet de la Congrégation pour les évêques. Cette rencontre n’a toutefois pas eu lieu. Róbert Bezák a refusé de démissionner. Après cela, le pape a retiré Bezák de la gestion pastorale de l’archidiocèse de Trnava à compter du 2 juillet 2012. Ce retrait a provoqué une réaction massive des citoyens slovaques et a attiré l’attention des médias. Une semaine plus tard, le 10 juillet 2012, la Conférence épiscopale slovaque a publié un communiqué annonçant qu’elle « accepte la décision du Saint-Père avec un profond respect et une obéissance filiale et appelle tout le monde à accepter la décision du Saint-Père avec respect et confiance ». Le communiqué soulignait également que les intéressés connaissaient les résultats de la visite apostolique et que ceux-ci devraient être traités avec confidentialité. La Conférence épiscopale slovaque (KBS) a accepté sans réserve la décision concernant le retrait de Bezák.
Les doutes, quant à savoir si Bezák avait réellement été retiré par le pape, ont été dissipés par Benoît XVI dans sa lettre du 18 octobre 2012 au président du KBS Stanislav Zvolenský, dans laquelle il l’a remercié pour « le spectacle de la profonde communauté ecclésiastique [...] après la douloureuse affaire avec l’Ex. Mgr. Róbert Bezák CSsR ». Dans cette lettre, le pape a déclaré explicitement : « Je me suis familiarisé avec précaution et objectivement avec une situation grave et inquiétante. Après une longue prière, je n’ai pu éviter le devoir résultant de l’amour de rétablir une collégialité efficace entre vous et une gestion pastorale organisée dans l’archidiocèse de Trnava, dans l’esprit authentique du Concile Vatican II. » Lors du pèlerinage à Šaštín à l’occasion de la fête de Notre-Dame des Douleurs le 15 septembre 2012, plusieurs participants au pèlerinage ont exprimé leur soutien à Bezák par des banderoles et des panneaux publicitaires.
L’agence d’enquête MVK, qui a organisé une élection présidentielle virtuelle en janvier 2013, a inclus Róbert Bezák parmi les candidats. Il a remporté les élections virtuelles avec un score de 35,3 %, soit 6 % de plus que l’actuel Premier ministre Robert Fico qui a obtenu 29,0 %.
En mai 2013, une pétition a été envoyée au pape François. Elle avait été lancée le 9 janvier 2013 par une association citoyenne Pastor bonus. La pétition a compté 15 000 signatures environ. Les signataires ont demandé au pape « d’examiner les raisons de la destitution de l’archevêque émérite et d’appeler à le rencontrer en personne, à l’entendre et après cela envisager soit ses activités futures dans l’Église, soit sa réhabilitation ».
Le 11 juillet 2013, le pape François a désigné Ján Orosch, administrateur apostolique du sede vacante, comme nouvel archevêque du diocèse de Trnava.

Voir Wikipedia et Catholic hierarchy.

  • Mai 2012 : des auréoles sur les pièces de monnaie

La Slovaquie a prévu de mettre en circulation en mai 2013 une pièce de 2 euros pour commémorer le 1150e anniversaire de l’arrivée en Grande-Moravie de Cyrille (Constantin) et Méthode, venus évangéliser les peuples slaves.

Le dessin prévu pour orner la face nationale de la pièce a cependant fait l’objet de contestations de plusieurs États membres qui souhaitaient que soient ôtées les auréoles qui coiffent la tête des deux saints et les croix figurant sur le pallium de l’un d’entre eux, au nom du respect de la diversité religieuse garantie par l’article 22 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (communiqué de la Banque nationale slovaque (NBS) du 21 nov. 2012). Les dispositions du règlement (CE) n° 975/98 modifié prévoient en effet que « l’État membre émetteur soumet au Conseil, à la Commission et aux autres États membres dont la monnaie est l’euro les projets de dessins pour les pièces destinées à la circulation », et que « tout État membre dont la monnaie est l’euro peut, dans un avis motivé adressé au Conseil et à la Commission, émettre une objection au projet de dessin proposé par l’État membre émetteur, si ce projet de dessin est susceptible d’engendrer des réactions défavorables parmi ses citoyens » (art. 1 decies).

La Banque nationale slovaque a dans un premier temps décidé d’accepter les modifications demandées et a conçu une nouvelle pièce, en conservant néanmoins la double croix tenue par les saints qui figure par ailleurs sur les armoiries du pays. A la suite de la réunion de son conseil d’administration le 23 novembre 2012, elle a finalement déclaré vouloir revenir au projet de dessin initial, après un changement de position de la Commission sur cette question (communiqué de la NBS du 23 nov. 2012).

  • Avril 2012 : Le gouvernement propose la suppression de deux jours fériés, dont un catholique

Sur la base de la déclaration du gouvernement du 24 avril 2012, on aurait pu supposer que deux jours fériés seraient supprimés, dont un catholique. La demande de diminution du nombre de jours de repos a été formulée par les employeurs. Le gouvernement a proposé de supprimer deux jours fériés : la fête de Notre-Dame-des-Douleurs le 15 septembre et la fête de la Constitution le 1er septembre. Les organisations catholiques ont lancé une pétition pour maintenir la fête de Notre-Dame-des-Douleurs, signée par environ 130 000 personnes. L’opposition a également demandé le maintien de ce jour férié. Après avoir remis les fiches de signature au Bureau du Gouvernement début 2013, il n’y a pas eu d’autres discussions et le nombre de jours fériés en Slovaquie est resté identique.

D 28 décembre 2012    AMiroslav Tížik

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact