eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Roumanie » Questions et débats actuels » 2020

2020

Les cultes sont cooptés par l’État pour la réintégration des détenus

  • Les cultes sont cooptés par l’État pour la réintégration des détenus

Le ministère roumain de la Justice a récemment ouvert au débat public la Stratégie nationale de réinsertion sociale des personnes privées de liberté, 2020-2024.

Selon les rapports du ministère de la Justice, un certain nombre de difficultés rencontrées par les détenus pendant la période de leur incarcération, mais surtout lorsqu’ils retournent dans la communauté d’où ils proviennent, ont été signalées.

À la fin du premier semestre de 2019, environ 20 500 personnes privées de liberté étaient détenues dans le système pénitentiaire roumain. La plupart de ces personnes appartiennent à la religion orthodoxe, c’est pourquoi le ministère affirme que l’implication de l’Église orthodoxe roumaine est pertinente pour la réintégration.

La stratégie proposée pour les 4 prochaines années afin de réintégrer les détenus comporte une série de recommandations qui peuvent être appliquées au niveau communautaire : la création de réseaux de bénévoles, l’implication des organisations religieuses et l’utilisation des centres de jour et des centres sociaux appartenant à l’Église orthodoxe roumaine.

Selon la stratégie développée par le ministère de la Justice, « l’implication de l’Église orthodoxe roumaine, ainsi que des représentants d’autres cultes reconnus au niveau national, est également pertinente du point de vue des actions visant à réduire la marginalisation sociale et à soutenir les personnes qui ont exécuté des peines privatives de liberté, lors de leur retour dans leur milieu d’origine. La collaboration de l’aumônier des établissements pénitentiaires avec les paroisses, les centres socio-philanthropiques et les monastères orthodoxes, à travers la valorisation du réseau d’appui socio-philanthropique de l’Église orthodoxe roumaine, pourrait contribuer de manière significative au soutien des détenus qui doivent retourner dans leur communauté d’origine ».

D 7 janvier 2020    AGabriel Birsan

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact