eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Slovaquie » Données socio-religieuses » Géographie religieuse

Géographie religieuse

Géographie religieuse

D’un point de vue historique, la République slovaque occupe une position spécifique sur la carte religieuse de l’Europe. La partie orientale de la Slovaquie marque une frontière entre le christianisme oriental et le christianisme occidental. Par conséquent, la composition religieuse de la Slovaquie a toujours été diverse, et elle l’est restée, dans une certaine mesure, jusqu’à aujourd’hui. Outre les communautés chrétiennes, une part importante du portrait religieux de la Slovaquie est celle des communautés juives.

La partie occidentale du christianisme est représentée en Slovaquie par l’Église catholique romaine dominante. Pendant la plus grande partie de son histoire, le catholicisme romain a dominé le territoire actuel de la Slovaquie. Les catholiques romains ont presque disparu de la carte religieuse de la Slovaquie pendant quelques décennies seulement, à l’époque de la Réforme, principalement au XVIe siècle. Peu après la Réforme, la Contre-Réforme et la re-catholicisation ont restauré l’ancienne position et l’importance de cette église. L’Église grecque-catholique, en tant que forme d’union entre Rome et une partie du clergé orthodoxe, a émergé au XVIIe siècle dans l’est de la Slovaquie. Selon les recensements effectués après l’Édit de Tolérance de 1781, la proportion de catholiques romains dans la population de la Slovaquie a généralement augmenté, atteignant en 1950 près des ¾ de la population slovaque (65 % en 1869 et 76,2 % en 1950). Pendant la période du socialisme (1948-1989), la quantité de catholiques a augmenté en nombres absolus, mais leur proportion a diminué. Après 1989, cette proportion a été au plus haut en 2001 (69 %), mais elle a commencé à diminuer en 2011 (62 %). Le catholicisme romain a été principalement dominant dans la partie occidentale de la Slovaquie, et plus particulièrement dans les régions septentrionales proches de la Pologne, où la proportion de catholiques romains est encore aujourd’hui supérieure à 90 %. Les catholiques grecs se trouvent principalement dans les parties orientales de la Slovaquie, où ils forment généralement des communautés avec la population orthodoxe et catholique romaine (la proportion de catholiques grecs en 1869 était de plus de 7 %, tandis qu’en 2011 cette communauté représentait 3,8 % de la population de la République slovaque).

Le protestantisme est, d’un point de vue historique, représenté en Slovaquie par l’Église luthérienne (dans le contexte de l’Europe centrale, il s’agit de l’Église de la confession d’Augsbourg) et l’Église réformée (calviniste). Les luthériens forment le plus grand corps protestant, bien que leur taille et leur proportion aient subi des changements notables. En 1869, ils représentaient 16 % de la population de la Slovaquie actuelle (5,4 % pour les réformés). En 2001, la proportion de luthériens est tombée à 6 % et celle de chrétiens réformés à 1,8 %. Les luthériens résidaient généralement dans des enclaves situées principalement dans les parties centrale et occidentale du pays. Ils représentaient la principale confession, en particulier dans le centre-sud de la Slovaquie. Les chrétiens réformés étant majoritairement des Hongrois, ils vivent principalement le long de la frontière sud avec la Hongrie.

La cinquième confession la plus nombreuse du pays est celle des fidèles de l’Église orthodoxe. Leur nombre a considérablement augmenté au cours des années 1950, lorsque les catholiques grecs ont été interdits de religion et que leurs membres ont été forcés de rejoindre l’Église orthodoxe. L’interdiction a duré jusqu’en 1968. Les orthodoxes partagent donc spatialement le même schéma de résidence que les catholiques grecs. En 2011, près de 1 % de la population slovaque appartenaient à cette confession.

La population juive était, quant à elle, relativement nombreuse jusque dans les années 1940. En Slovaquie, les Juifs représentaient environ 5 % de la population (contre 4 % en 1930). Ils vivaient principalement dans les villes, dans les régions occidentales et orientales de la Slovaquie. L’existence d’une diaspora était également un élément très caractéristique de cette confession. En 1880, par exemple, les juifs étaient plus ou moins présents dans près de 90 % des villages. Dans les années 1940, la majeure partie de la population juive a été déportée et exterminée. Aujourd’hui, seuls 2 000 Juifs vivent en Slovaquie, principalement dans les plus grandes villes et dans le sud du pays.

L’un des plus grands groupes de la scène religieuse en Slovaquie est celui des individus qui n’appartiennent à aucune confession. Le premier groupe important de non-croyants est apparu au cours des années 1930. Il comptait quelques milliers d’individus résidant pour la plupart dans des villes. Ce chiffre a commencé à augmenter de manière notable pendant la période socialiste et, en 1991, les non-croyants représentaient alors le deuxième groupe religieux le plus important (plus de 0,5 million et près de 10 % de la population). En 2011, les non-religieux représentaient plus de 13 % de la population slovaque.

Au total, la Slovaquie compte 18 confessions officiellement enregistrées, la plupart d’origine chrétienne. Seules 4 de ces 18 confessions rassemblent chacune plus de 1 % de la population, et ensemble, elles représentent près des ¾ de la population de Slovaquie. Les autres confessions rassemblent chacune moins de 1 % de la population et les adeptes de ces petites confessions vivent dans les grandes villes (notamment à Bratislava, la capitale). En outre, 10 % de la population a refusé de déclarer tout type de croyance, religieuse ou non.

D 24 novembre 2015    AJuraj Majo

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact