eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > France > Données socio-religieuses > Autres groupes religieux > L’islam

L’islam

Le Haut Conseil à l’Intégration, dans un rapport intitulé "l’Islam dans la République" publié en décembre 2000, évalue le nombre de musulmans en France à 4 millions, dont 2,90 millions de musulmans d’origine maghrébine (parmi eux 1,550 M d’origine algérienne, 1 million d’origine marocaine et 350 000 d’origine tunisienne), 315 000 d’origine turque, 250 000 d’Afrique noire, 100 000 du Moyen-Orient, 100 000 asiatiques et 100 000 "autres" auxquels il faudrait ajouter 40 000 convertis et 350 000 demandeurs d’asile et clandestins (télécharger ce rapport).
Selon le rapport de la commission Machelon, "l’islam est globalement devenu la deuxième religion de France, non sans présenter une grande diversité d’expressions."
Le Conseil Français du Culte musulman (CFCM), destiné à représenter les musulmans auprès des pouvoirs publics, a été institué en 2002. Il participe aux débats sur les problèmes liés aux constructions de mosquées, aux carrés musulmans dans les cimetières, l’organisation des fêtes religieuses (notamment les questions liées à l’abattage rituel), à la nomination des aumôniers, et à la formation des imams ; mais il n’a pas de réelles prérogatives et n’a aucun pouvoir coercitif. En 2015, le gouvernement a mis en place une instance de dialogue avec l’islam, qui a "pour objectif de mettre en mouvement et de construire l’Islam de France en réfléchissant, entre autres, à la formation des imams et au financement des mosquées".
Le ministère de l’Intérieur recense environ 2 400 lieux de culte musulmans en France ; il y a 24 mosquées avec minarets, environ 120 salles de prière, le reste étant des locaux aménagés pour le culte. Des carrés musulmans ont été ouverts dans plusieurs grandes villes de France (Montpellier, Marseille par exemple ; le carré le plus ancien est celui de Bobigny ouvert en 1937), bien qu’en principe, en dehors de l’Alsace Moselle, la séparation confessionnelle des cimetières soit illégale.
En 2012, un cimetière musulman a été ouvert à Strasbourg, puisque le droit local permet l’existence de lieux d’inhumation confessionnels.

Pour plus d’information, voir
- ZWILLING Anne-Laure, "France", in O. Scharbrodt et al. ed.), Yearbook of Muslims in Europe volume 7, Leiden, Brill, 2015, p 226-246.
- GODARD Bernard, La question musulmane en France. Paris : Fayard, 2015.

12 septembre 2015