eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Irlande > Statut juridique des religions > Présentation générale > Contexte historique

Contexte historique

La majeure partie de l’histoire de l’Irlande au temps de la domination coloniale anglaise a été marquée par une absence de liberté religieuse. Les catholiques ainsi que certains dissidents protestants se trouvaient défavorisés sur le plan légal, particulièrement lors de l’établissement des Lois pénales au 18e s. L’acte d’émancipation des catholiques (Catholic Emancipation Act) en 1829 et le désétablissement de l’Eglise d’Irlande (anglicane) en 1871 apportèrent un certain assouplissement. Le nouvel Etat irlandais indépendant, fondé en 1922, était constitué d’une écrasante majorité de catholiques ; ceci s’est reflété dans la Constitution de 1937 qui reconnaissait une position spéciale à l’Eglise catholique romaine (l’effet de cette reconnaissance fut tempéré dans la pratique et elle fut retirée en 1972). L’influence indirecte de l’Eglise catholique sur la politique, et la politique sociale en particulier, à travers un certain nombre de valeurs partagées par une population et un électorat catholiques dévots, était d’une portée encore plus importante que la position constitutionnelle en matière de religion. Par ailleurs, à travers ses positions conservatrices relatives à la politique familiale, au divorce notamment, la Constitution soutenait un enseignement catholique moral traditionnel. Le changement religieux et politique devînt évident durant les années 1990 avec l’adoption par référendum d’un texte autorisant le divorce en dépit de l’opposition de certains ecclésiastiques catholiques.

21 septembre 2012