eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Hongrie > Débats actuels > Archives des débats > 2006

2006

  • Avril 2006 : Nouvelle organisation gouvernementale

Une nouvelle structure gouvernementale a été mise en place après les élections parlementaires d’avril 2006. Le secrétariat chargé des relations entre le gouvernement et les communautés religieuses est maintenant rattaché non plus au cabinet du Premier ministre mais au Ministère de l’éducation et de la culture. Le nouveau responsable du secrétariat est un pasteur luthérien, maître de conférences à l’université luthérienne de théologie (Evangelical Lutheran Theological University), András Csepregi.

  • Avril 2006 : Financement public des écoles gérées par une Eglise

A la suite des élections parlementaires d’avril 2006, la controverse sur l’accord signé avec le Saint-Siège en 1997 par le gouvernement socialo-libéral sur les questions financières, gouvernement toujours en place, a été relancée. Certains libéraux réclament la modification ou l’annulation de l’accord, tandis que l’Eglise catholique affirme régulièrement que l’Etat ne respecte pas les obligations de l’accord. Une commission mixte a été établie pour superviser la mise en oeuvre effective de l’accord ; dans le même temps, le gouvernement lance un groupe de recherche pour obtenir des données sociologiques sur la perception de cet accord par la population. Un rapport devrait être publié en septembre 2006.

Une des questions difficiles que soulève l’accord de 1997 est le financement public des écoles gérées par les Eglises. Depuis 1990, la loi garantit le financement égal des écoles publiques et des écoles confessionnelles (afin de permettre le libre choix et d’éviter une double imposition). L’accord établit partiellement les modalités de ce financement. Mais depuis 2005, le budget annuel prévoit de plus en plus de modes de financements excluant les établissements gérés par les Eglises. Les Eglises considèrent donc que ces nouveaux modes de calcul du subventionnement ne sont pas constitutionnels car discriminants, et qu’ils violent les accords conclus.

  • Hiver 2006 : Encore la lustration

Il semble que la gestion des archives des anciens services secrets ne se termine jamais. Un historien, Ungváry Krisztián a publié certains de ses résultats de recherche : selon lui, le précédent primat de Hongrie, le Cardinal László Paskai, a été l’un des collaborateurs des services secrets. Il aurait fourni des rapports alors qu’il était professeur à la Theological Academy de Budapest, dans les années soixante et soixante-dix, avant de devenir évêque. Ungváry affirme cependant que ces rapports n’étaient pas compromettants : tous étaient bien intentionnés et ne pouvaient nuire à personne. On se demande encore, à l’heure actuelle, lorsque l’on étudie l’histoire récente de la Hongrie, si les agents des services secrets ont été des coupables ou bien des victimes. La Conférences des Evêques a créé une fondation destinée à étudier l’histoire de l’Eglise catholique sous le régime communiste.

8 septembre 2006