eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Danemark > Religion et société > Médias et religion > La liberté d’expression et de religion dans les médias

La liberté d’expression et de religion dans les médias

Une analyse générale, et ensuite plus détaillée, des débats actuels sur la religion et les médias au Danemark commence avec la question de la liberté d’expression. Enoncée comme le droit d’écrire, d’imprimer et de donner son avis sans crainte de censure, la liberté d’expression est garantie dans la Constitution danoise de 1849 et dans toutes ses révisions subséquentes. Ainsi, la version la plus récente, de 1953, précise au §77 que "(...) toute personne est libre de publier ses idées sur papier, par écrit et oralement, sous réserve d’être tenue responsable devant une cour de justice. La censure et d’autres mesures préventives ne pourront jamais plus être réintroduites ». Ainsi, il relève de la responsabilité du gouvernement, sous le contrôle du Parlement, à la fois de s’assurer que la liberté d’expression est effective, de poursuivre en diffamation et de protéger l’ordre public.

La loi sur la responsabilité des médias danois a instauré un Conseil de la presse en tant qu’institution indépendante de contrôle pour traiter les plaintes de toute nature concernant les médias sous toutes leurs formes. Il établit, en collaboration avec des représentants des médias et du Parlement, les lignes directrices de l’éthique et du code de conduite de la presse. Selon ces lignes directrices, le Conseil de la presse - et dans des cas extrêmes, la police - s’assure que la liberté d’expression est maintenue sans qu’aucune des autres libertés ne soit violée, notamment la liberté de la vie privée et la liberté de croyance et de culte conformément à ses convictions.

La religion a en quelque sorte toujours fait partie de la vie publique et donc aussi des médias. Les journaux traditionnels et bien établis rapportaient les événements concernant l’Eglise et publiaient de temps en temps un sermon ou un débat théologique. En général, la religion ne jouait cependant pas un rôle important et, lorsque c’était le cas, cela concernait l’Eglise évangélique luthérienne danoise. En 1896 cependant, le Quotidien chrétien fut créé à la suite de différends entre des chrétiens dits "inner-mission" et les ailes plus libérales de l’Eglise au sujet d’exagérations et d’allégations relatives à leurs divergences et positions mutuelles. Il existait alors une demande pour un journal qui prenne au sérieux la vie ecclésiastique. Le journal existe toujours aujourd’hui et a créé son propre créneau en matière de foi, d’éthique et d’existence.

À la radio et à la télévision, la religion s’est fait une place grâce à l’engagement du service public. Au Danemark, l’État fut le premier à proposer des émissions de radio (sur la Radio danoise) et le gouvernement - c’est-à-dire, le ministère des Affaires culturelles – était tenu par la loi de garantir certaines exigences de service public. Lorsque la télévision fut introduite, la même exigence de service public fut appliquée. La Radio danoise détenant le monopole de la diffusion radiophonique et télévisée jusqu’en 1988, l’exigence de service public signifiait que radio et télévision devaient fournir une programmation convenant à un large public. Il y avait donc des émissions à faible audience et d’autres à large audience, souvent des spectacles de divertissement diffusés en prime time. La religion, quant à elle, s’est vue attribuer de temps à autre un créneau financé sur des fonds publics conformément à la loi.

La majeure partie des émissions religieuses consistent en des services dominicaux retransmis depuis une église de l’Église évangélique luthérienne danoise, et diffusés à la fois à la radio et à la télévision depuis les tout débuts de la radio. Ces retransmissions s’adressent aux 85% de la population membres de l’Église évangélique luthérienne danoise. En outre, sont diffusés de temps à autre des programmes qui traitent de questions portant sur les religions minoritaires. Aucun créneau d’expression n’est accordé toutefois de façon régulière à d’autres religions ou communautés religieuses.

13 septembre 2012