eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Chypre > Débats actuels > Archives des débats > 2006

2006

  • Septembre 2006 : Election du nouvel archevêque de l’Eglise de Chypre

Du 24 septembre au 12 novembre 2006, trois tours électoraux successifs ont eu lieu pour l’élection du nouvel Archevêque de l’Eglise de Chypre [voir l’article d’Août 2006 pour le contexte]. Lors du premier tour des élections, qui ont eu lieu le 24 septembre 2006 dans tout le pays, le laïcat a élu 1400 délégués. Lors du deuxième tour, ces délégués ont élu 100 électeurs qui, avec 31 ecclésiastiques, forment le corps électoral chargé d’élire le nouvel Archevêque.

Selon la Constitution de l’Eglise de Chypre, une personne doit, pour accéder au trône, recueillir une majorité de votes à la fois parmi le laïcat et le clergé. Si aucun candidat n’obtient cette majorité, alors les candidats qui sont en tête des votes du laïcat et du clergé passent au tour suivant, où la règle de la majorité simple s’applique.

Les trois principaux candidats qui étaient en tête après le vote populaire du 24 septembre 2006 étaient Nikiforos, évêque de Kykkos, Chrysostomos, évêque de Paphos, et Athanassios, évêque de Limassol. Bien que tous les croyants pouvaient voter, le taux de participation n’a été que de 50% environ. Les évêques de Kykkos et Limassol ont remporté une majorité écrasante des votes populaires, contrôlant ainsi 90 des 100 électeurs du laïcat. L’évêque de Paphos, quant à lui, était à la tête de l’électorat clérical.

Suite à d’ingénieuses manœuvres politiques, Chrysostomos, l’évêque de Paphos, et Athanassios, l’évêque de Limassol, restèrent les deux derniers candidats. Cependant, juste avant le dernier tour, l’évêque de Paphos a rencontré l’évêque de Kykkos ainsi que la majorité des membres du Synode. Les deux parties sont parvenues à un accord qui stipulait que l’évêque de Paphos recevrait le soutien électoral des évêques lors du dernier tour des élections en contrepartie de la revalorisation du rôle du Synode et de l’augmentation du nombre d’archevêchés sur l’île. Par la suite, l’évêque de Paphos fut rapidement élu à l’accession au trône sous le nom Chrysostomos II. Il a été intronisé le 12 novembre 2006.

L’amère rivalité régnant parmi les évêques, la campagne électorale très animée et le système électoral byzantin n’ont pas contribué à la revalorisation de l’image de l’Eglise dans le public. Après son intronisation, le nouvel archevêque a affirmé publiquement la nécessité pour l’Eglise d’effacer la mauvaise impression causée par les "excès" de la campagne électorale et de réviser la Charte constitutionnelle de l’Eglise afin d’éviter l’éventuelle répétition d’une rivalité affichée au sein du haut clergé. Malgré ces difficultés, l’élection de Chrysostomos mit fin, pour un avenir proche, aux rivalités opposant Nikiforos et Athanassios. Elle annonça également la poursuite de l’engagement public de l’Eglise dans la vie nationale de l’île.

  • Août 2006 : Elections archiépiscopales : l’image électorale des candidats

Vers la mi-août, la campagne électorale pour l’accession au trône archiépiscopal de l’Eglise de Chypre bat son plein. Quatre hiérarques sont les principaux candidats en compétition. Ils utilisent pour faire leur promotion divers de tracts et brochures qui sont déposés dans les églises ou simplement distribués dans les maisons individuelles et les lotissements. Voici, selon le journal Phileleftheros (13 août 2006), les profils des quatre principaux candidats à l’élection, tels qu’ils apparaissent dans leurs brochures :

- Chrysostomos, évêque de Paphos. En plus de sa fonction d’évêque, Chrysostomos est le patriarche du Saint Synode de l’Eglise de Chypre. Ses tracts électoraux mettent l’accent sur le rôle-clé qu’il a joué dans la sauvegarde des biens de l’archevêché alors qu’on en dénonçait la mauvaise gestion financière au cours des dernières années. Par ailleurs, l’archevêque est célèbre pour s’être fortement opposé au plan Annan de 2004.

- Chrysostomos, évêque de Kition (port de Larnaca). Les tracts et la publicité qui ont circulé en sa faveur insistent sur le modernisme et l’ouverture d’esprit de ce hiérarque. Sa relation étroite avec Makarios III, archevêque légendaire et ancien président de la République, est également mise en avant. D’autres références patriotiques incluent des photos de son arrestation par les autorités turco-chypriotes en 1989, lorsqu’il avait pénétré dans l’église Saint Kassianos située dans les territoires occupés, alors qu’il menait une manifestation de femmes.

- Athanassios, Evêque de Limassol. Des brohures et des articles parus dans le journal épiscopal soulignent la « spiritualité » d’Athanassios ainsi que son rôle actif et énergique dans le renforcement du statut du bas clergé. L’Evêque a fortement favorisé la consécration de jeunes prêtres issus de l’enseignement supérieur, soutenu la création de centres de désintoxication, contribué à la création d’un centre pour les chômeurs et d’un centre de soutien familial, apporté son soutien à des conférences portant sur le divorce, etc.

- Nikiforos, évêque de Kykkos. D’après l’opinion générale, Nikiforos est l’évêque le plus populaire auprès du public chypriote (voir l’article de juin 2006). Toutefois, comme le système électoral repose sur l’élection de représentants issus à la fois du laïcat et du clergé, il est impossible de prévoir l’issue des scrutins. Les tracts distribués en faveur de Nikiforos mettent en exergue le fait qu‘il transcende le provincialisme et qu’il présente les qualités nécessaires d’un chef représentant la vaste majorité de la population orthodoxe. Les actions qu’il mène sont très nombreuses, incluant les multiples facettes du soutien qu’il apporte au développement de bonnes relations avec la communauté turco-chypriote, des actions caritatives sur le long terme, etc.

Selon les rapports des journalistes concernant les hiérarques cités ci-dessus, les évêques de Kykkos et Limassol semblent vouloir rester dans la course jusqu’aux élections du 24 septembre.

  • 17 mai 2006 : Election pour l’archevêché de l’Eglise de Chypre

Un Saint Synode élargi de l’Eglise de Chypre s’est tenu sous les auspices du Patriarche oecuménique Bartholomée. Le Synode a décidé de libérer le trône archiépiscopal de l’Eglise de Chypre en raison des problèmes de santé chroniques de l’archevêque Chrysostomos.Cette décision fut l’aboutissement de plusieurs années de débats au sein de la hiérarchie de l’Eglise de Chypre portant sur quand, comment et dans quelles circonstances le trône devait être libéré. Selon la Constitution de l’Eglise de Chypre, une fois le trône vacant, il faut procéder à l’élection d’un nouvel archevêque .

Contrairement à plusieursautres Eglises orthodoxes, les évêques locaux et l’archevêque (qui a le rôle de chef de l’Eglise et de président du Saint Synode de l’Eglise de Chypre) sont, dans l’Eglise de Chypre, tous choisis au sein du laïcat. Les élections pour ces fonctions sont un aspect courant de la vie ecclésiastique chypriote.Après sa décision, le Saint Synode de l’Eglise de Chypre a pris les mesures nécessaires pour mettre en place l’électorat qui va élire le nouvel archevêque. Les encycliques nécessaires ont déjà été distribuées. Les élections sont prévues pour le 24 septembre 2006.

Il y a plusieurs candidats issus du haut clergé de l’Eglise de Chypre. Cependant, selon des sondages récents, Nikiforos, évêque du monastère de Kykkos, est le candidat favori. Le monastère de Kykkos est l’un des plus connus et plus prestigieux de l’île, mais aussi de l’ orthodoxie orientale. Le monastère détient de nombreux titres de propriété et participe à de nombreuses activités entrepreneuriales qui lui permettent de mener des actions caritatives, de rassembler et exposer des œuvres d’art chypriotes de l’époque byzantine et de posséder sa propre fondation culturelle.

Pour en savoir plus :
- Un bref historique de ces élections à Chypre au cours du 20è siècle : Archbishopric Elections in Cyprus : A Historical Overview of the 20th Century , Nicosia : Power Publ., 2005 (en grec).
- Le site internet offciel de l’Eglise de Chypre (en grec).
- Une présentation du monastère de Kykkos (en grec).

20 décembre 2006