eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Canada » Religion et société » Minorités religieuses » Relations interreligieuses - Les crimes haineux au Québec

Relations interreligieuses - Les crimes haineux au Québec

Les crimes haineux au Canada et au Québec : portrait statistique

Au cours de la décennie 2010, on a pu noter la progression d’un climat social qui semble moins favorable aux relations interculturelles au Québec. En effet, selon Statistique Canada, on a constaté une augmentation importante des crimes haineux au pays, entre 2009 et 2017, où le taux a même bondi de 47 % en 2017. C’est le Québec qui représente d’ailleurs la province où le taux a été le plus élevé en 2017 (plus de 50 % d’augmentation). Il est à noter que ce sont les crimes haineux ciblant la religion qui ont connu la plus forte augmentation, une hausse de 83% sur la période de 2009 à 2017, concernant en grande partie (83 %) les personnes se disant musulmanes. Cette situation est plus souvent rencontrée en France, mais était plutôt rare au Québec jusqu’alors, où l’on a assisté à des cas où des personnes ayant un prénom à consonance musulmane ont sollicité le directeur de l’état civil du Québec afin de changer de nom dans le but d’éviter de subir de la discrimination à l’embauche.

Les crimes haineux ciblant la religion

Plusieurs gestes haineux ciblant le plus souvent les personnes de confession musulmane au Québec ont été commis, notamment le sang de porc versé sur la façade de la mosquée de Saguenay en août 2013, le dépôt d’une tête de porc emballée dans un paquet cadeau devant la grande mosquée de Québec en juin 2016 ou encore la distribution d’affiches indiquant « Saguenay ville blanche » en juillet 2017. Un attentat ciblant les personnes de confession musulmane a eu lieu le 29 janvier 2017 à la grande mosquée de Québec, où six personnes ont été tuées alors qu’elles étaient en train de prier. Dans la ville de Québec, la police municipale a rapporté une augmentation des crimes haineux dans l’année qui a suivi l’attaque de janvier 2017 (passant de 25 pour l’année 2015 à 71 pour l’année 2017), où plus de la moitié (42 sur 71) ciblait les personnes de confession musulmane.

Voir aussi le débat actuel "Rapport sur les actes haineux à caractère xénophobe".

D 2 juin 2020    ABertrand Lavoie

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact