eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Roumanie > Droit et religion > Dispositions > Travail > Travailleurs non chrétiens et jours de congé

Travailleurs non chrétiens et jours de congé

Depuis avril 2018, les employeurs sont obligés d’accorder aux employés de religion non chrétienne des jours de congé en plus des jours fériés et jours de congé classiques. Cette modification a été apportée parce que certaines entreprises n’offraient pas aux employés non chrétiens tous les jours de congé auxquels ils avaient droit.

La modification du Code du travail a été incluse dans la loi 88/2018. Selon le paragraphe 5 de cette loi, « À l’article 139 [du Code du travail], après le paragraphe 2, un nouveau paragraphe est inséré, avec le contenu suivant : "3. Les jours de congés établis conformément au paragraphe 1 pour les personnes appartenant à des confessions religieuses légales autres que les chrétiennes, sont accordées par l’employeur pendant des jours qui diffèrent des jours fériés, tels que déterminés par la loi, ou des jours de congé annuel." »

Ainsi, les travailleurs non chrétiens bénéficient à la fois des jours de congé accordées aux employés chrétiens, compte tenu du fait que les grandes fêtes chrétiennes sont reconnues comme jours fériés au niveau national, ainsi que des jours libres légaux pour leurs propres grandes fêtes religieuses, sans que cela ne soit déduit de leurs jours de repos (le congé annuel minimum est de 20 jours ouvrables). On remarque ainsi la volonté de l’Etat de renforcer la liberté religieuse, même si cet objectif est ici atteint par une discrimination positive des employés qui sont d’une religion autre que chrétienne.

8 janvier 2019