eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Allemagne > Débats actuels > 2017 > Inauguration d’une mosquée « libérale » à Berlin

Inauguration d’une mosquée « libérale » à Berlin

Juin 2016

Le 16 juin dernier, la mosquée Ibn-Rushd-Goethe a ouvert ses portes à Berlin. Le nom de cette mosquée fait référence à Ibn Rushd (1126-1198), Averroès de son nom latin, médecin, juriste et philosophe, qui incarne un islam éclairé, marqué par la volonté de concilier la foi et la raison, la philosophie et la Révélation, Aristote et le Coran, ainsi qu’à Goethe (1749-1832), dont l’engouement pour l’Orient est bien connu, comme en témoigne une de ses dernières œuvres, Le Divan occidental-oriental.
Cette mosquée « libérale » se veut ouverte à tous les courants religieux de l’islam, aux chiites comme aux sunnites, aux alévis et aux soufis. Hommes et femmes y prient côte à côte, les femmes peuvent y venir voilées ou non. Elle est provisoirement hébergée dans une ancienne salle de théâtre de la paroisse protestante St Johannis du quartier de Moabit. C’est Seyran Ates, une avocate germano-turque, née à Istanbul et ayant grandi en Allemagne, connue pour son combat en faveur des droits des femmes musulmanes, qui est à l’origine de ce projet. De 2006 à 2009, elle a participé en tant que personnalité musulmane indépendante à la Conférence allemande sur l’islam (Deutsche Islamkonferenz), une instance de dialogue entre acteurs étatiques et acteurs musulmans, créée en 2006 à l’initiative de Wolfgang Schäuble, lorsqu’il était ministre de l’intérieur. Le jour de l’inauguration de la mosquée, Seyran Ates a assuré le prêche du vendredi. Ayant reçu des centaines de menaces de mort depuis lors, elle bénéficie d’une protection policière.
L’inauguration de cette mosquée a suscité des réactions d’hostilité parmi les musulmans. Le Président du Conseil islamique de RFA (Islamrat für die Bundesrepublik Deutschland), Burhan Kesici, a déclaré que la mosquée Ibn-Rushd-Goethe n’était pas une mosquée (le Conseil islamique de RFA, créé en 1986 à Berlin, rassemblait initialement des associations islamiques liées à la Turquie).
En Turquie, la Direction des affaires religieuses, le Diyanet, a tenté de jeter le discrédit sur la mosquée fondée par Seyran Ates, l’accusant d’être affiliée au mouvement Gülen. L’initiative est également source de divisions au sein de la paroisse protestante St Johannis, comme en témoigne la distribution de tracts hostiles au projet de mosquée, le jour de l’inauguration, par un groupe constitué de paroissiens « Citoyens actifs pour une Allemagne chrétienne » (Aktive Bürger Christliches Deutschland).

Pour en savoir plus : Der Tagesspiegel, Evangelische Kirchengemeinde Tiergarten, Spiegel.de.

7 août 2017