eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Lettonie » Repères historiques » Parcours historique » Le judaïsme en Lettonie

Le judaïsme en Lettonie

La première communauté juive a été établie à la fin du XVIe siècle à Kurzeme, dans la partie occidentale de la Lettonie, où les Juifs ont été autorisés à acheter des propriétés et à construire des maisons de prière. Au milieu du XVIIe siècle, des Juifs sont venus d’Ukraine occidentale et de Biélorussie pour s’installer dans la région orientale de la Lettonie, le Latgale. Durant le XVIIe siècle, lorsque la communauté juive a commencé à se former à Riga, elle s’est développée de manière significative, principalement en raison de l’afflux d’immigrants venus de Prusse. Selon le recensement de l’Empire russe de 1897, à la fin du XIXe siècle, la communauté juive représentait alors 3,5 % de la population lettone et vivait principalement dans les plus grandes villes : Riga, Daugavpils et Liepāja.

En raison de la vague d’antisémitisme qui a frappé l’Empire russe après 1881, de nombreux juifs ont émigré aux États-Unis et en Grande-Bretagne. À la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque l’indépendance de la République de Lettonie a été proclamée (1918), les Juifs ont combattu dans la guerre d’indépendance du pays. Dans les années 1920-1930, les Juifs se sont vus accorder une autonomie culturelle et nationale. Ils ont développé leurs propres institutions, dont neuf partis politiques juifs. La vie religieuse des juifs lettons était très active : environ 200 communautés religieuses juives existaient dans le pays. L’un des centres de la culture et de la religion juives en Europe de l’Est était la ville Daugavpils, avec plus de 40 synagogues. À la fin des années 1930, environ 93 000 Juifs vivaient en Lettonie. La plupart étaient des citoyens lettons et parlaient la langue officielle, le letton.

La Seconde Guerre mondiale a eu un impact catastrophique sur les Juifs lettons. À la suite de l’occupation de la Lettonie par l’URSS (1940), le régime soviétique a interdit les partis politiques juifs, fermé les bibliothèques et les écoles juives, restreint les activités religieuses et nationalisé de nombreuses entreprises juives. Le 14 juin 1941, plus de 15 000 personnes (dont environ 2000 Juifs) ont été déportées de Lettonie vers les régions reculées de l’URSS, où la majorité d’entre elles sont mortes dans des camps de travail. Lors de l’occupation de la Lettonie par les troupes nazies en 1941, seuls 14 000 juifs ont survécu. La vaste majorité d’entre eux a trouvé la mort dans des camps de concentration, lors d’opérations d’extermination de masse ou dans les ghettos. À Riga, toutes les synagogues ont été incendiées, à l’exception de la synagogue de la rue Peitavas (construite en 1905 dans le style Art nouveau) parce qu’elle était située dans la vieille ville, et la menace que le feu se propage aux bâtiments voisins était réelle.
Après la Seconde Guerre mondiale, il est apparu que le mur de la synagogue, où se trouvait la bibliothèque des rouleaux de la Torah, avait été dissimulé. Les rouleaux de la Torah ont ainsi été sauvés de la destruction par un pasteur de l’Église réformée voisine.

Pendant la période soviétique, elle était l’une des rares synagogues en usage en URSS. Les Juifs d’autres régions de l’Union soviétique ont émigré en Lettonie et, en 1959, la communauté juive a atteint plus de 36 000 membres. Les militants juifs se sont battus pour le droit d’immigrer en Israël et, dans les années 1970, près de 6 000 Juifs ont émigré en Israël, aux États-Unis et en Europe occidentale. Après que la Lettonie a regagné son indépendance en 1991, les communautés juives ont été rétablies.

Aujourd’hui, la communauté juive lettone est la plus importante des pays baltes ; elle compte environ 10 000 membres, dont la majorité vit à Riga, tandis qu’il existe de plus petites communautés juives ailleurs en Lettonie. Bien que la plupart des Juifs lettons ne soient pas pratiquants, les synagogues historiques opèrent à Riga et Daugavpils, et il existe des activités religieuses discrètes dans d’autres localités. À Daugavpils, une synagogue est en activité grâce à un don de la famille du peintre Mark Rothko, né à Daugavpils. Avec le soutien de l’UE, de l’État letton et du Conseil letton des communautés juives, la synagogue de la rue Peitavas, actuellement la seule synagogue de Riga, a été rénovée entre 2007 et 2008.

D 4 décembre 2015    AAnita Stasulane

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact