eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe

Tweeter Rss

Accueil > Slovaquie > Débats actuels > Archives des débats > 2013

2013

  • Décembre 2013 : lettre pastorale contre l’idéologie du genre et les homosexuels

Une lettre pastorale rédigée par des évêques a été lue dans toutes les églises catholiques de Slovaquie le 1er décembre 2013, le premier dimanche de l’Avent. Dans cette lettre, l’Église a mentionné à plusieurs reprises la culture « dite culture de la mort » et le « châtiment divin pour la promotion des relations homosexuelles ». Les évêques slovaques ont dénoncé la politique liée à l’égalité des sexes et aux personnes homosexuelles. Les auteurs de la lettre déclarent : « La famille est menacée en Europe. Elle peut être étouffée par un homme et c’est ce qui se produit actuellement. Les acteurs de la culture de la mort veulent priver l’homme et la femme de leur identité respective et la famille de son identité de famille, etc. » L’expression « culture de la mort » n’apparaît pas moins de onze fois dans la lettre de deux pages. Toujours selon la lettre, les activistes en faveur de l’égalité des sexes cherchent à imposer une idéologie de Sodome dans le système éducatif. Elle a été publiée quatre mois seulement avant les élections présidentielles du 15 mars 2014. Les évêques affirment également dans cette missive que les hommes politiques qui ne soutiennent pas la « culture de la vie » sont des partisans de la « culture de la mort ».

  • Septembre 2013 : une marche catholique pour la Vie et une modification de la Constitution

Le 22 septembre, Košice, la deuxième plus grande ville de Slovaquie, désignée Capitale européenne de la culture 2013, a organisé une marche nationale pour la vie qui a rassemblé environ 70 000 participants originaires pour la plupart de Slovaquie, de Pologne, de Hongrie et de la République tchèque. L’objectif de cette manifestation pour la vie organisée par l’Église catholique était d’interpeller les hommes politiques en exigeant l’interdiction de l’avortement par un amendement constitutionnel, la préservation du « respect de la vie depuis la conception jusqu’à la mort naturelle » et l’inscription dans la Constitution de la protection du mariage traditionnel entre un homme et une femme.

18 novembre 2013