eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Portugal > Débats actuels > Archives des débats > 2013

2013

  • 17 mai 2013 : adoption coparentale par les couples homosexuels

Au Portugal, le dĂ©bat le plus rĂ©cent a concernĂ© l’adoption coparentale par les couples homosexuels. Le 17 mai 2013, lors de la JournĂ©e internationale contre l’homophobie, le Parlement a approuvĂ© le projet de loi n° 278/XII du parti socialiste. Ce projet de loi autorise un(e) homosexuel(le) Ă  co-adopter les enfants biologiques ou adoptĂ©s de son/sa partenaire avec qui il/elle est mariĂ©(e), ou avec qui il/elle est uni(e) lĂ©galement. Ce sujet a divisĂ© le Parlement : 99 parlementaires ont votĂ© en faveur du projet de loi, 94 contre et 9 se sont abstenus. Ce sont les voix des dĂ©putĂ©s de gauche – BE, PCP, PEV –, de la majoritĂ© du PS et des 16 dĂ©putĂ©s du parti social-dĂ©mocrate (PSD) qui ont permis l’adoption de la loi.

Dans l’intervalle, le dĂ©bat a fait l’objet de plusieurs interventions dans la sphère publique. Les dĂ©fenseurs du projet de loi se trouvent essentiellement parmi les mouvements LGBT et dans les partis de gauche. Leur argument principal est que ces enfants et leurs familles existent de facto. Leurs droits doivent inclure la reconnaissance des figures parentales Ă  tout niveau, pour la santĂ© et l’éducation, et en cas de dĂ©cès de la seule personne ayant Ă©tĂ© lĂ©galement reconnue. Ce mouvement est motivĂ© par la dĂ©cision de la Cour europĂ©enne des droits de l’homme qui a condamnĂ© l’Autriche pour avoir refusĂ© une demande d’adoption coparentale Ă  deux femmes et par les rĂ©centes modifications de la lĂ©gislation en France.

Parmi les opposants au projet de loi, on soulignera l’intervention des partis de droite, des principaux reprĂ©sentants des avocats au Portugal et de l’Église catholique portugaise. En se fondant sur des arguments biologiques et anthropologiques, ils soutiennent que l’adoption coparentale est en opposition frontale avec le droit fondamental de l’enfant d’avoir une mère et un père indĂ©pendamment du droit des adultes. Pour l’Église catholique, « seul un couple composĂ© d’un homme et d’une femme possède les dispositions objectives et anthropologiques nĂ©cessaires Ă  l’Ă©ducation harmonieuse d’un enfant », selon le porte-parole de la ConfĂ©rence Ă©piscopale portugaise (CEP). L’Ă©vĂŞque de Braga formule Ă©galement des accusations Ă  l’encontre du projet de loi. Selon lui, il s’agit d’un argument pour justifier un « mariage camouflĂ© », c’est Ă  dire le mariage entre personnes de mĂŞme sexe. Selon son point de vue, cette loi « est un outrage Ă  la dignitĂ© des enfants » et « satisfait les caprices et les scrupules sectaires » d’un groupe de personnes qui « a très rĂ©cemment dĂ©fendu la loi sur l’avortement ».

Le projet de loi doit ĂŞtre examinĂ© par une commission spĂ©cialisĂ©e (especialidade) en la matière et approuvĂ© par le prĂ©sident de la RĂ©publique. Le prĂ©sident devra rĂ©pondre aux attentes Ă©levĂ©es des deux partis, car bien que catholique supposĂ©, il a prĂ©cĂ©demment promulguĂ© la loi sur l’avortement et la loi sur le mariage entre personnes de mĂŞme sexe.

19 juin 2013