eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Chypre > Débats actuels > Archives des débats > 2011

2011

  • 11 juillet 2011 : Explosion d’un dépôt de munitions

L’année a été dominée par l’explosion d’un dépôt de munitions dans le village de Mari le 11 juillet. L’explosion a non seulement causé plusieurs morts et blessés, mais aussi d’importants dégâts à la centrale électrique toute proche, lesquels ont conduit à de vastes problèmes sur le réseau électrique de l’île. Des pannes d’électricité sont survenues à plusieurs reprises pendant plusieurs semaines ; le problème est devenu un point de référence central dans les débats culturels, sociaux et politiques de l’île pendant de nombreux mois. De sévères accusations ont été portées contre le Président de la République, qui a été accusé d’incompétence flagrante dans la gestion de l’ensemble du problème.

Au lendemain de l’explosion, la production locale ne pouvant répondre aux besoins en électricité de la République, des dispositions ont été prises pour l’achat d’électricité au Nord (la République turque de Chypre du Nord, non reconnue). Cette action a provoqué de vives critiques de l’archevêque de l’Église de Chypre. L’archevêque n’a pas hésité à accuser le président de la République D. Christofias et le gouvernement dirigé par l’AKEL (Parti communiste de Chypre) de grandes défaillances morales dans leur traitement de la globalité du problème.

Cette critique était conforme à la plateforme politique de l’archevêque annoncée dans le courant de l’année — à savoir, trouver un candidat convenable pour les prochaines élections présidentielles qui puisse « unifier » le peuple. Ceci est dans la droite ligne de la critique négative persistante de l’archevêque contre le président en ce qui concerne sa gestion de la « question chypriote » dans les pourparlers intercommunautaires, mais a attiré de vives critiques de la part des deux principaux partis politiques de l’île — le DISY (Rassemblement démocratique) à droite et l’AKEL à gauche.

Cependant, dans une certaine mesure, la proposition de l’archevêque a coïncidé avec les efforts entrepris par le reste des partis politiques, qui ont depuis tenté d’établir un accord entre eux en vue de se rallier derrière un candidat unique aux prochaines élections présidentielles.

8 août 2011