eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe

Tweeter Rss

Accueil > Irlande > Débats actuels > Archives des débats > 2013

2013

  • 18 novembre 2013 : un évêque catholique exprime l’opposition de l’Église à la proposition du gouvernement d’un référendum sur le mariage entre personnes de même sexe

Divers droits juridiques relatifs aux couples de même sexe, tel que le droit à l’adoption et le droit au mariage, font l’objet d’une action de l’État au cours des derniers mois en Irlande. A la suite de la proposition du gouvernement d’organiser un référendum sur le mariage entre personnes de même sexe en 2015, l’évêque Denis Nulty de Kildare et Leighlin défend la position de l’Église catholique, pour qui le mariage est le creuset de la manifestation de l’amour tout au long de la vie entre un homme et une femme et de la socialisation de la génération suivante.

Pour plus d’informations, voir la Conférence des évêques catholiques irlandais.

  • 26 octobre 2013 : une organisation de l’Église d’Irlande requiert la clarté juridique de la situation des enfants des couples de même sexe

Dernièrement, le débat public concernant l’extension du droit au mariage pour les couples de même sexe s’intensifie en Irlande. Un référendum sur cette question aura probablement lieu en 2015. Récemment, d’autres questions juridiques concernant les couples de même sexe font également l’objet d’un débat dans la sphère publique. Le 26 octobre 2013, « Changing Attitude Ireland » (CAI), une organisation de l’Église d’Irlande plaidant en faveur du mouvement LGBT, requiert la clarté juridique au sujet des enfants des couples de même sexe. Cet appel est lancé par la juge Catherine McGuinness, la marraine de « Changing Attitude Ireland », lors d’une conférence de l’organisation destinée à marquer le vingtième anniversaire de la dépénalisation de l’homosexualité en Irlande du Sud.

  • 23 octobre 2013 : le débat fait rage sur la participation de l’État dans le système d’enseignement confessionnel

Le système éducatif irlandais est caractérisé par la diversité de ses prestataires, mais il est dominé par les institutions religieuses. En 1967, l’Etat introduit l’enseignement secondaire gratuit tout en maintenant un arrangement autorisant la création d’écoles payantes privées, associées avec des groupes religieux spécifiques. Un de ces groupes, l’Église protestante d’Irlande, gère un certain nombre de ces écoles qui bénéficient de subventions spéciales de l’État. Ces écoles font face à des critiques d’élitisme social. Elles subissent des pressions croissantes visant à les intégrer au programme d’écoles gratuites de l’État, ce qui les ferait renoncer aux subventions générales de l’État établies de longue date et destinées à soutenir l’éducation des enfants d’un milieu essentiellement protestant.

  • 24 août 2013 : les groupes religieux peuvent rencontrer l’opposition de la politique locale

En Irlande, des groupes nouvellement émergents comme les musulmans, les pentecôtistes et les chrétiens orthodoxes, utilisent de plus en plus des entrepôts industriels à Dublin en tant que lieux de culte. Cependant, le conseil du comté de Dublin envisage d’adresser des notes d’avertissement aux groupes religieux qui célèbrent leurs offices dans des zones industrielles que les plans d’aménagement affectent à d’autres usages.

  • 10 juillet 2013 : vote du parlement au sujet de la loi sur l’avortement

Au Parlement, les députés votent aujourd’hui (mercredi 10 juillet) sur le projet de loi de 2013 relatif à la protection de la vie durant la grossesse dans le cadre du vote final sur le projet avant qu’il n’ait force de loi. Ce projet de loi légalise la pratique des avortements dans les hôpitaux irlandais. L’archevêque coadjuteur catholique d’Armagh, le Dr Eamon Martin, appelle les législateurs à voter contre ce projet de loi. Les évêques catholiques ont également écrit directement aux députés pour les exhorter à ne pas voter en faveur du projet de loi. Les autres groupes religieux ont été moins actifs quant à soutenir le projet de loi ou s’y opposer.

Plus d’informations sont disponibles sur Raidió Teilifís Éireann.

  • Mai 2013 : débat sur l’avortement

Le Gouvernement irlandais publie un projet de loi en vue de la légalisation de l’avortement en Irlande : le projet de loi de 2013 relatif à la protection de la vie durant la grossesse. La législation proposée donne effet à une décision de 1992 de la Cour suprême irlandaise, dans l’affaire « X », qui autorise l’avortement dans des circonstances où la vie de la mère, plutôt que sa santé, est menacée. En outre, la législation autorise l’avortement dans des circonstances où la vie de la mère est en danger en raison d’idées suicidaires.

Des articles à ce sujet sont disponibles sur The Irish Times.

Suite à la publication de la législation proposée par le gouvernement, les évêques catholiques irlandais publient une déclaration publique critiquant le projet de loi et affirmant qu’il est « moralement inacceptable ».
D’autres groupes religieux, comme l’Église d’Irlande, sont en faveur de l’avortement dans des circonstances où la vie de la mère est en danger.

Pour plus d’informations, voir Church News Ireland.

  • Avril 2013 : le mariage civil et les couples de même sexe

Dans le cadre de l’engagement du gouvernement pour une modification constitutionnelle au regard d’un changement social et politique plus vaste, le gouvernement met en place en 2012 une convention constitutionnelle afin d’examiner et de faire des recommandations sur des thèmes variés comme le mariage entre personnes de même sexe, le droit de vote, la réforme électorale et le rôle des femmes dans la politique (voir The Convention on the Constitution).
Les membres de la convention constitutionnelle sont au nombre de 100 et reflètent les différents secteurs de la société irlandaise. Son objectif est de faire des recommandations au gouvernement concernant les changements dans la constitution. Le fonctionnement de la convention consiste à inviter des personnes et des groupes concernés par les différentes questions traitées à soumettre leurs idées, oralement ou par écrit.
Un de ces thèmes concerne la question controversée du mariage entre personnes de même sexe. La Convention constitutionnelle a réceptionné un certain nombre de soumissions de citoyens, de groupes religieux et d’organisations non religieuses concernant cette question. Deux soumissions reflètent deux avis opposés sur l’extension du droit au mariage pour les personnes de même sexe. Il s’agit de celles de l’organisation de l’Église d’Irlande, « Changing Attitude Ireland », (voir The Convention on the Constitution) et du Conseil pour le mariage et la famille de la Conférence des évêques catholiques irlandais (voir The Convention on the Constitution).
En avril 2013, 79 % des membres de la Convention constitutionnelle ont voté en faveur de l’extension du mariage civil aux couples de même sexe.

  • Février 2013 : publication d’un rapport sur l’implication de l’État irlandais dans le fonctionnement des « Magdalene laundries »

Les « Magdalene laundries » (couvents de la Madeleine) sont des institutions de grande envergure gérées par des ordres catholiques. Des femmes de mauvaises mœurs, ou des femmes susceptibles de le devenir, des femmes ayant eu des enfants hors mariage, ou encore des femmes rejetées par leurs familles, s’engagent pour des travaux de blanchisserie dans ces institutions durant de longues périodes de leur vie. La conclusion essentielle du rapport est que l’État était lourdement impliqué dans ces institutions par le biais de son système d’inspection, par les contrats de nettoyage et par les filières d’entrées et de sorties des femmes au sein des blanchisseries. En février 2013, le « Taoiseach » (Premier ministre) s’excuse officiellement auprès des victimes, plus de 10 000 femmes, qui ont passé une partie de leur vie dans les blanchisseries et annonce un plan d’indemnisation non contradictoire.

Le texte complet du rapport est disponible sur le site du Department of Justice and Equality.

  • 18 janvier 2013

Le nouvel archevêque coadjuteur d’Armagh, monseigneur Eamon Martin, est nommé par le pape en janvier 2013 pour succéder au cardinal Seán Brady.

Pour plus d’informations, voir Irish Catholic Bishops’ Conference.

  • Janvier 2013 : débat sur l’avortement

En Irlande, le débat sur l’avortement est au premier plan dans la conscience publique au cours des derniers mois. C’est la mort tragique d’une femme enceinte, Savita Halappanavari, décédée des suites de son traitement médical à l’hôpital de Galway, qui a provoqué ce vif intérêt. Madame Halappanavari demandait l’interruption de sa grossesse, mais celle-ci lui a été refusée par ses médecins. L’interruption de grossesse est interdite par la loi actuelle en Irlande.
Suite à cette affaire, le Gouvernement irlandais annonce son intention de légiférer en faveur de l’avortement dans des circonstances où la vie de la mère, plutôt que sa santé, est menacée.
La Conférence des évêques catholiques irlandais exhorte le gouvernement à ne pas introduire de législation relative à l’avortement et plaide plutôt en faveur de l’utilisation de directives médicales plus précises afin de clarifier la pratique médicale dans les cas où la vie de la mère est en danger.
Dans le cadre du processus de législation en matière d’avortement, la Commission en charge de la santé et de l’enfance de l’ « Oireachtas » (corps législatif irlandais) tient des audiences publiques sur l’avortement. Certaines de ces audiences sont dédiées aux différents groupes religieux afin qu’ils puissent présenter leur point de vue en faveur de ou contre l’avortement. Certains groupes religieux, comme l’Église d’Irlande, et des groupes laïques, comme « Atheist Ireland », soutiennent la position du Gouvernement, alors que d’autres, comme l’Église catholique, s’y opposent vigoureusement.

Pour plus d’informations, voir : Raidió Teilifís Éireann, la Conférence des évêques catholiques irlandais et Michael Nugent’s website.

9 décembre 2013