eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Turquie » Religion et société » Minorités religieuses » Le statut du Patriarcat orthodoxe

Le statut du Patriarcat orthodoxe

Au sujet des Grecs orthodoxes les débats se focalisent surtout sur le Patriarcat « œcuménique » de Constantinople, dont le maintien en Turquie a été subordonné à son retrait des affaires autres que minoritaires. Ainsi, longtemps Église purement locale pour les autorités turques, le Patriarcat grec orthodoxe de Constantinople a su devenir, dans la deuxième moitié du 20e siècle, une institution internationale de poids dans le monde orthodoxe. Les débats sur son caractère "œcuménique" continuent à faire planer un flou sur son statut réel. Après avoir été menacé d’exil lors de la création de la République turque en 1923, le Patriarcat a réellement été isolé tout au long des années 1930 et 1940, ne s’occupant que des affaires religieuses de la minorité grecque de Turquie, vestige des temps ottomans, épargnée de l’échange obligatoire entre la Grèce et la Turquie en 1923. Les années 1950 ont coïncidé avec les tensions dans les relations entre la Grèce et la Turquie, dues principalement à l’affaire chypriote, qui ont naturellement affecté le Patriarcat. En même temps, il s’agit là des années de résurrection, du retour de cette institution sur la scène nationale turque. Paradoxalement, la réduction spectaculaire du nombre des Grecs de Turquie à partir de la deuxième moitié des années 1960, a permis au Patriarcat de se défaire de son rôle local pour se consacrer davantage au monde grec orthodoxe dans son ensemble. Cette internationalisation des activités s’est accélérée à partir des années 1990, sous le patriarcat Vartholoméos, dans une période d’ouverture des pays de l’ancien bloc soviétique au fait religieux.
En marge de la question du Patriarcat, l’Ecole théologique de Halki (Heybeliada) occupe encore une place prépondérante dans les débats de la société. Cette école de théologie orthodoxe a été fermée en 1971 dans le cadre de la fermeture des universités et écoles supérieurs privées mais n’a jamais pu être rouverte depuis malgré les pressions internationales. La solution proposée par les autorités turques est d’autoriser cette réouverture dans le cadre de la Faculté de Théologie de l’Université d’Istanbul, proposition refusée par les instances patriarcales craignant une perte d’autonomie.

D 8 octobre 2012    ASamim Akgönül

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact