eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Turquie > Droit et religion > Présentation générale > Une République constitutionnellement laïque

Une République constitutionnellement laïque

Constitutionnellement, la Turquie est une république laïque depuis 1937. Mais le concept de laïcité diffère de celui en cours en France depuis 1905, dans la mesure où dès 1924 la République turque s’est efforcé de créer un clergé musulman sunnite fonctionnarisé, en grande partie pour établir un contrôle sur les activités religieuses via la Direction des Affaires Religieuses (Diyanet İşleri Başkanlığı) rattachée directement au Premier ministre. C’est toujours à la même époque, en 1925, qu’une des spécificités importantes des islams de Turquie a été interdite. En effet, à cette date toutes les confréries soufies ainsi que les mausolées qui leur sont attachés ont été fermés, et ce jusqu’aux années 1950 où ces mêmes confréries commencent à être tolérées. Les alévis, dont la population varie entre 10 et 15 millions n’ont pas d’existence juridique et ne sont pas représentés au sein de la Direction des affaires religieuses.

Depuis le traité de Lausanne du 23 juillet 1923, les ressortissants turcs non musulmans ont des droits spécifiques en matière religieuse et linguistique. Une interprétation étroite des articles 37 à 44 de ce traité accorde ces droits uniquement à trois minorités à savoir les Grecs-orthodoxes, les Arméniens grégoriens et les Juifs.

8 octobre 2012