eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Bouddhisme

Le bouddhisme représente l’affiliation religieuse de 0,3 % des personnes vivant en Suisse. Environ la moitié sont de nationalité suisse. Quant aux bouddhistes nés à l’étranger, ils viennent principalement de Thaïlande (19,1 %), du Vietnam (8 %), de Chine (5,2 %), du Cambodge (3,4 %) et du Japon (3,2 %). Comme dans le cas de l’hindouisme, ainsi que de plusieurs mouvements spirituels parallèles, ces chiffres sont à interpréter avec précaution car il n’est pas toujours facile de définir qui en est membre ou non. En effet, bien qu’elles méditent selon des techniques bouddhistes, beaucoup de personnes restent fidèles à leur affiliation traditionnelle chrétienne et n’acceptent pas, ou seulement partiellement, le credo bouddhiste. Selon les cas, ces personnes peuvent ou non se considérer comme bouddhistes.

Cette religion est généralement bien tolérée en Suisse, car elle est associée à une image stéréotypée découlant certainement de la perception positive et tolérante du bouddhisme tibétain (1000 réfugiés tibétains sont arrivés en Suisse dans les années 1960). Cette vision est renforcée par le fait que les lamas tibétains et le 14e Dalai Lama apparaissent souvent dans les médias où ils sont présentés comme des personnes pacifiques et intègres.

Historiquement, le bouddhisme a été introduit en Suisse en 1910 par le moine bouddhiste, d’origine allemande, Nyanatiloka (Anton W. F. Gueth), venu vivre en Suisse pendant deux ans. Ce n’est qu’à la fin des années 60 et durant les années 70 que l’on assiste à un vrai développement de ce mouvement, avec la création d’un grand nombre de groupes et l’ouverture de plusieurs centres. Par la suite, dans les années 80, des immigrés cambodgiens, vietnamiens et thaïlandais ont formé encore d’autres groupes à l’usage de leurs communautés.

Les importants centres bouddhistes en Suisse sont : le "Centre Rabten Choeling pour les hautes études tibétaines" (au Mont-Pèlerin, dans le canton de Vaud), la "Maison de la méditation" (à Dicken, dans le canton de St-Gall) et le cloître "Theravada" (à Kandersteg, dans le canton de Berne).

Pour en savoir plus : Karénina Kollmar-Paulenz, Eva Funk, Die Rezeption des tibetischen Buddhismus in kirchlichen, politischen und wissenschaftlichen Institutionen der Schweiz, Université de Berne, 2010. Rapport final.

D 8 octobre 2012    AJoëlle Sanchez AJörg Stolz

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact