eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Suisse » Données socio-religieuses » Opinions, croyances et attitudes religieuses » Désaffiliation et individualisation

Désaffiliation et individualisation

La plupart des Suisses sont nés dans une des deux grandes Églises chrétiennes, c’est-à-dire qu’ils ont été baptisés et formellement élevés en tant que protestants ou en tant que catholiques. Cependant, la socialisation religieuse ayant aujourd’hui de moins en moins d’influence sur les croyances et les pratiques individuelles, nous assistons à un considérable mouvement de désaffiliation. Précisons que dans la plupart des cantons, cela procure l’avantage de ne pas avoir à payer l’impôt religieux.

Finalement, dans notre société moderne, la religion devient petit à petit un bien malléable dont l’individu se sert de manière autonome par rapport à son groupe d’appartenance. L’érosion de l’influence des Églises nationales renforcent encore l’écart croissant que l’on peut constater entre les pratiques des individus et les normes du groupes. On peut appartenir sans croire, croire sans appartenir, se bricoler des croyances, démissionner de son Église, etc.

Source des données :
- Projet FNSRS Nr. 12-52643.97 : Religion et lien social : construction et régulation des mobilisations religieuses. Directeur de projet : Roland J. Campiche ; Sondage représentatif de 1999.
- Campiche Roland, Dubach Alfred et al., Croire en Suisse(s). Lausanne : éditions l’Age d’Homme, 1992. Base : sondage représentatif de 1989.

D 8 octobre 2012    AJoëlle Sanchez AJörg Stolz

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact