eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Suisse » Repères historiques » Parcours historique » Le XXe siècle

Le XXe siècle

Les relations entre les deux confessions s’améliorent grâce à la dynamique de la démocratie fédéraliste de la Suisse. C’est notable surtout après Vatican II (1965), car l’œcuménisme peut alors vraiment prendre son essor, ce qui a comme effet de gommer beaucoup de différences qui les opposaient.

Mettant en avant la neutralité que lui a imposé l’Europe en 1815, la Suisse est relativement épargnée par les deux guerres mondiales. Elle mettra sa Croix-Rouge (fondée en 1864 par Henri Dunant) au service des réfugiés et des prisonniers. L’histoire récente a conclu que la Suisse n’avait pas été aussi "généreuse" qu’elle l’aurait pu (cf. rapport Bergier).

Dès les années 50, la Suisse devient une terre d’immigration alors que, jusque-là, c’était surtout les Suisses qui émigraient. Grâce à ces mouvements migratoires, qui viennent surtout du Sud dans les années 70, le catholicisme est aujourd’hui la première confession de Suisse. Dans les années 60, 70 et 80 (même plus tôt parfois), la Suisse voit également arriver d’autres vagues d’immigration, des musulmans, hindouistes ou bouddhistes. Ainsi s’amorce un tournant dans le paysage religieux suisse, témoin d’une pluralisation religieuse sans cesse plus grande. Dans le même temps, les Églises traditionnelles suisses font face à la baisse de fréquentation du culte, à la disparition des croyances traditionnelles et de l’identité confessionnelle, ainsi qu’à un vaste mouvement de désaffiliation.

D 8 octobre 2012    AJoëlle Sanchez

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact