eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Suède > Droit et religion > Présentation générale > Liberté religieuse et situation juridique des communautés religieuses

Liberté religieuse et situation juridique des communautés religieuses

La liberté religieuse a été introduite assez tardivement en Suède par rapport à plusieurs autres pays européens. Dans le but de contenir le mouvement piétiste alors en pleine croissance, un décret spécial est promulgué en 1726 afin d’interdire les rassemblements religieux autres que ceux de l’Église établie. En 1873, ces réglementations sont remplacées par une loi spéciale concernant en particulier les croyants des familles religieuses dites « étrangères ». Cette loi offre la possibilité de quitter l’Église établie et de rejoindre une autre confession chrétienne reconnue par l’état. Ce n’est qu’à partir de 1951 que la Suède dispose d’une loi garantissant la liberté religieuse. Cette loi donne aux citoyens du pays le droit de pratiquer librement la religion de leur choix, et également le droit de renoncer à adhérer à un groupe religieux quel qu’il soit (SFS 1951:680). Dans la Constitution suédoise, ce droit est énoncé comme « la liberté de pratiquer sa religion, seul ou avec d’autres personnes » (SFS 1974:152).
Aujourd’hui, l’État suédois est officiellement neutre par rapport aux communautés religieuses. Depuis le 1er janvier 2000, toutes les communautés religieuses doivent être, en théorie, traitées équitablement. Cependant, l’Église de Suède continue d’être réglementée distinctement et possède des responsabilités particulières. La loi relative aux communautés religieuses les définit comme « des communautés dédiées à l’activité religieuse, y compris l’organisation d’offices religieux » (SFS 1998:1593). Selon cette définition, les associations non religieuses comme l’Association humaniste suédoise (Humanisterna) ne font pas partie des communautés religieuses réglementées par l’État. D’après la loi, nul n’est obligé d’appartenir à une communauté religieuse. En outre, à partir de 12 ans, les enfants doivent donner leur propre consentement pour rejoindre ou quitter une communauté religieuse. Les communautés demandant le statut juridique de « communauté religieuse » peuvent déposer une demande en ce sens auprès du gouvernement et ainsi être inscrit au registre officiel des communautés religieuses.

Avril 2014
15 mai 2014