eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Évolution religieuse

Les Italiens continuent à se définir en majorité comme des "catholiques pratiquants", mais nombre d’entre eux seraient prêts à modifier l’ordre ou même le contenu des dix commandements, selon des enquêtes publiées récemment.
Une enquête réalisée par le centre d’études sociales Censis pour le compte de l’épiscopat italien, indique que 57,8 % des Italiens se disent "catholiques pratiquants", confirmant ainsi l’enracinement de la religion catholique dans le pays.
À ces 57,8 % s’ajoutent 28,7 % de catholiques non-pratiquants. Seuls 9,2 % des Italiens se déclarent agnostiques ou athées, et 4,3 % disent appartenir à une autre religion.
Seuls 21,4 % des catholiques pratiquants disent toutefois aller à la messe tous les dimanches, selon l’enquête du Censis.
Une autre étude réalisée par l’hebdomadaire l’Espresso montre que la morale d’aujourd’hui a modifié l’ordre des 10 commandements.
Selon cette enquête conduite auprès de croyants et de non-croyants, une majorité d’Italiens serait en faveur du déplacement de la cinquième place à la première place du commandement "tu ne tueras point", qui devrait selon eux être suivi du commandement contre le vol. Les Italiens rétrograderaient en revanche à la septième place le premier commandement : "tu n’auras pas d’autres dieux que moi".
L’enquête de l’Espresso montre aussi que les Italiens aujourd’hui seraient pour un nouveau décalogue, dont le premier commandement serait de "ne faire aucune violence à l’enfance". Parmi les nouveaux commandements souhaités, figurent selon le journal, "toujours défendre la paix", "défendre la nature et les animaux", "ne pas faire de différence entre hommes et femmes", "ne pas être raciste" ou "ne pas utiliser la science pour modifier l’homme".

Source : dépêche AFP du 18 nov. 2004.

D 27 septembre 2012   

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact